L'histoire

Les Rollright Stones : l'un des plus grands sites néolithiques de Grande-Bretagne


Les Rollright Stones sont l'un des plus grands sites néolithiques de Grande-Bretagne. Il est composé de trois parties : The Whispering Knights, The King's Men et The King Stone.

La partie la plus ancienne du site est connue sous le nom de The Whispering Knights, les restes d'une chambre funéraire de dolmen à portail. Il s'agissait d'une structure qui aurait plusieurs pierres verticales pour former des murs et une seule pierre de couverture horizontale pour former un toit. Cela a créé une structure en forme de table avec une chambre à l'intérieur, d'environ 2 m².

Les Whispering Knights sont l'un des plus anciens monuments funéraires de Grande-Bretagne.

Les Whispering Knights ont été construits vers 3 800 av. J.-C. (il y a près de 6 000 ans). Il a été construit pour contenir des restes humains démembrés et est probablement le premier monument funéraire de Grande-Bretagne.

Alice Loxton retrace six mille ans d'histoire humaine, dévoilant des villageois fascinés par la superstition et la légende, les luttes des antiquaires qui ont attribué les pierres aux druides et les visiteurs du XVIIIe siècle électrisés par les frissons de l'horreur gothique.

Regarde maintenant

Toutes les pierres de ce site sont des rochers naturels de la couche basale des Cotswold Hills. Au cours de milliers d'années de failles géologiques, de cycles d'érosion et de dépôts, des blocs rocheux sont restés exposés à la surface du sol à moins de 500 mètres du site. Pour déplacer les pierres dans cette position, ils auraient probablement utilisé des traîneaux ou des rampes de pierre avec des rails en bois. Il aurait fallu environ 60 personnes environ 3 semaines pour mettre les pierres en place.

Toutes les pierres de ce site sont des rochers naturels.

Les hommes des rois

Environ 1 000 ans après la construction de la chambre funéraire, vers 2 500 av. Ceci est maintenant connu sous le nom de The Kings Men.

Il y a 77 pierres dans ce cercle aujourd'hui, bien qu'il y en ait eu jusqu'à 105 – environ 30 ont disparu, probablement utilisées pour des matériaux de construction.

Une exploration des tout premiers habitants humains des îles britanniques. Présenté par l'écrivain de voyage Noo Saro-Wiwa et mettant en vedette le Dr Selina Brace du Musée d'histoire naturelle.

Regarde maintenant

Ce type de cercle de pierres est similaire à Long Meg et ses filles près de Penrith, ou Castlerigg près de Keswick. Ils suivent une structure de pierres serrées, une entrée à portail et un intérieur nivelé. Ce type de structure est unique à Cumbria, au Pays de Galles et à l'Est de l'Irlande, on pense donc que les personnes qui ont construit The Kings Men avaient probablement un lien avec ces régions.

Chronométré avec la récente résolution du mystère de l'origine des pierres sarsen, ce documentaire examine en profondeur ce que nous savons et ce que nous ne savons pas sur ce monument néolithique emblématique.

Regarde maintenant

Les archéologues ont tendance à convenir qu'il était utilisé pour des rituels cérémoniels ou religieux - peut-être une sorte de culte de la pierre, ou une calculatrice astronomique géante permettant à nos ancêtres de tracer le mouvement des cieux. Certains ont même proposé une sorte de connexion commutée pour les communications extraterrestres.

Les épaisseurs et les formes variées des pierres reflètent les variations dans les strates d'origine, et l'apparence piquée est le résultat de millions d'années d'altération.

La pierre royale

La troisième partie des Rollright Stones est The King Stone. C'est un monolithe altéré de 2,4 mètres de haut sur 1,5 mètre de large. Il a été érigé environ mille ans après les Kings Men, en 1750 av.

La pierre royale a été érigée environ mille ans plus tard que le cercle de pierres à proximité.

Sa forme a été comparée à celle d'une tête de phoque balançant une balle sur son nez - mais ne l'attribuez pas à l'histoire ancienne. Ce n'est que le résultat des touristes du 19ème siècle qui l'ont ébréché. La pierre royale a été un cauchemar pour les antiquaires, les archéologues et les experts en monolithes, qui ne semblent pas pouvoir donner une idée réelle de son objectif.

Certains ont suggéré qu'il s'agissait d'un marqueur astronomique pour marquer Capella, la sixième étoile la plus brillante du ciel nocturne. D'autres ont suggéré qu'il s'agissait d'un poste de guidage dirigeant les voyageurs vers le cercle de pierres voisin. Il y a aussi un cimetière du Bronze ancien à proximité - découvert en 1979 - il semble donc probable que la pierre royale constitue un point d'entrée et un mémorial, délimitant le lieu de sépulture comme un espace sacré.

« La plus grande Antiquité que nous ayons jamais vue »

Dans notre passé plus récent, les Rollright Stones ont été entourés de mystère. Ils sont mentionnés pour la première fois dans un récit de la fin du XIIe siècle Merveilles de Bretagne :

Dans la région de l'Oxfordshire, il y a de grosses pierres disposées comme par la main de l'homme. Mais à quel moment, ou par quelles personnes, ou pour quel mémorial ou pour quelle signification cela a été fait, on ne sait pas.

Le prochain récit important vient de l'œuvre de 1586 de William Camden, « Britannia » :

[Une] petite rivière… le précipite dans Isis : quelle rivière à la frontière même du comté passe par un ancien monument se dressant non loin de sa rive, à savoir, certaines grosses pierres placées dans un cercle rond (les gens du commun les appellent généralement Rolle riche en pierres, et rêve qu'ils étaient parfois des hommes par une merveilleuse métamorphose transformée en pierres dures).

Lorsque William Camden a regardé les pierres, il a cru qu'elles n'avaient pas plus de 800 ans. (Crédit d'image : domaine public).

Lorsque William Camden écrivit « Britannia » en 1586 (une sorte d'étude de l'histoire de la nation), il attribua les Rollright aux Danois qui arrivèrent pour la première fois en Grande-Bretagne en 786 après JC. Cela signifiait que lorsque Camden a regardé les pierres, il pensait qu'elles n'avaient pas plus de 800 ans.

Des progrès ont été réalisés en 1649, lorsque John Aubrey, un archéologue pionnier accrédité pour la découverte des vestiges d'Avebury, a suggéré que les Rollright pourraient être pré-romains. Mais cela fut bientôt contré par le Dr Robert Plot en 1677. Plot fut le premier conservateur du musée Ashmoleon d'Oxford et secrétaire de la Royal Society. Il a produit des illustrations remarquablement précises des pierres, mais après les avoir comparées aux mégalithes scandinaves, a conclu qu'elles étaient l'œuvre des Danois les plus récents.

John Aubrey a été le premier à suggérer que les pierres pourraient être pré-romaines. (Crédit d'image: domaine public)

En 1710 et 1724, les pierres reçurent la visite de William Stukeley. Bien que Stukeley ait été un pionnier de la recherche scientifique sur les monuments préhistoriques, il a, comme ses prédécesseurs, dédaigné les pierres de plusieurs milliers d'années, arguant qu'elles étaient l'œuvre des druides.

Néanmoins, reconnu leur importance. Il a écrit que les pierres étaient « la plus grande Antiquité que nous ayons jamais vue… corrodées comme du bois mangé par les vers par les dures mâchoires du temps ». Un « spectacle noble et rustique », de quoi « semer une étrange terreur chez les spectateurs ».

La première loi sur les monuments anciens

En 1882, un an après l'ouverture du Natural History Museum de Londres, la première loi sur les monuments anciens a été adoptée. Elle reconnaissait la nécessité pour le gouvernement d'assumer la responsabilité de protéger les monuments anciens. C'est John Lubbock qui l'a introduit et il a dressé une liste de 68 sites préhistoriques particulièrement menacés.

John Lubbock a introduit la première loi sur les monuments anciens en 1882. (Crédit d'image: domaine public)

Il a nommé Augustus Pitt Rivers pour devenir le premier inspecteur des monuments anciens - identifiant les sites antiques et les sauvant de la destruction. À Rollright, environ un tiers des pierres gisaient à plat partout - c'était le travail de Pitt Rivers pour les étayer, ce que nous voyons aujourd'hui.

Au 20e siècle, l'emplacement important de ces pierres sur la crête des Cotswolds en faisait un point de vue. En 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale, un poste du Royal Signals Corps a été placé près du King Stone comme guetteur. Les mélèzes qui avaient été plantés dans le cercle au 19ème siècle ont été abattus pour obtenir une vue dégagée.

En 1961, pendant la guerre froide, cette simple hutte avec une connexion téléphonique est devenue un poste d'alerte précoce du Royal Observer Corps, et elle a été agrandie en chambre souterraine. Il a été déclassé et fermé en 1991.


Les chevaliers chuchotants

Les chevaliers chuchotants


À quatre cents mètres à l'est du cercle de pierre, et probablement antérieur à celui-ci de plus de 1000 ans, les Whispering Knights sont une chambre funéraire de type dolmen du portail qui se compose de quatre pierres dressées et d'une grande pierre de faîte tombée. La façade dite du &lsquoportal&rsquo est formée de trois pierres qui ressemblent à une porte géante faisant face à la colline et elle était probablement destinée à être vue de ce côté. À l'origine, il y avait deux ou trois montants supplémentaires pour soutenir la pierre de faîte qui aurait été placée sur le dessus, peut-être à un angle incliné, pour former une structure en forme de table. À un moment donné, on pensait qu'il faisait partie d'un long tumulus, mais des fouilles dans les années 1980 ont suggéré qu'il était plus susceptible d'avoir été autonome et destiné à impressionner. La très grande pierre en forme de pilier à gauche du portail est la plus grande de toutes les pierres Rollright, et avec la pierre de faîte en place sur le dessus (comme c'était le cas jusqu'au XVIIIe siècle), la chambre aurait été encore plus frappante. On estime qu'à l'aide de rouleaux, de leviers et de traîneaux, il aurait fallu plus de 60 personnes pour déplacer et ériger les pierres. On pense qu'il y aurait eu une plate-forme basse de petites pierres sur les côtés et à l'arrière.

Par analogie avec d'autres monuments de ce type, les Whispering Knights étaient probablement l'un des premiers monuments funéraires de Grande-Bretagne, peut-être construit vers 3 800 avant JC et la chambre carrée d'environ 2 m aurait contenu les ossements désarticulés de plusieurs individus. Des poteries du Néolithique ancien, de bécher et du début de l'âge du bronze trouvées dans les environs immédiats suggèrent que la tombe a été vénérée pendant de nombreux siècles et qu'un morceau d'os humain emporté par la chambre a été daté au radiocarbone vers 1700 av.

Le monument tire son nom de la légende sur le roi et son armée qui ont été déjoués par une sorcière et transformés en pierre : en raison de la manière conspiratrice dont les pierres du portail se penchent l'une vers l'autre, on dit que les pierres sont les traîtres chevaliers complices contre le roi, bien que d'autres pensent qu'ils prient. Curieusement, bien qu'il semble que la dalle centrale du portail devrait soutenir les piliers de chaque côté, ils ne se touchent pas réellement, probablement parce que le calcaire s'est dissous au cours des millénaires. (Voir l'article Rollright Stones - Altération naturelle et état des pierres.)

A l'instar du cercle de pierres des King's Men, les Whispering Knights ont été mis sous tutelle en 1883 et les grilles érigées en 1894 en même temps que celles de la King Stone.


Sites préhistoriques dans l'Oxfordshire

Les Rollright Stones consistent en un cercle de pierre néolithique de 100 pieds de diamètre, situé dans une clairière boisée. De l'autre côté de la route se trouve une pierre royale solitaire plus grande, érigée à l'âge du bronze, tandis qu'à une courte distance se trouve un dolmen de portail néolithique connu sous le nom de Whispering Knights. La légende raconte que le roi et ses soldats ont été transformés en pierre par une sorcière.

Rollright Road, Long Compton, Oxfordshire, Angleterre, OX7 5QB

Cote Héritage : ?

Point culminant du patrimoine : Ce qui rend les Rollright Stones vraiment fascinants, ce sont les légendes associées au site.
La plus proche: Hôtels - Gîtes - Chambres d'hôtes

Peut-être la figure de colline la plus célèbre de Grande-Bretagne, le cheval blanc est sculpté dans la colline sous le fort de la colline du château d'Uffington. La sculpture a enlevé la couche arable pour révéler de la craie blanche, rendant la silhouette visible à des kilomètres. Nous ne savons pas qui a construit le cheval blanc, ou s'il est même censé être un cheval, mais cela ne fait qu'ajouter à la mystique du site. Le White Horse se trouve dans une région riche en vestiges préhistoriques, à quelques pas de la tombe chambrée de Wayland's Smithy.
Uffington, Oxfordshire, Angleterre

La forge de Wayland était à l'origine une maison mortuaire mégalithique, et a ensuite été transformée en une tombe à chambres précédée d'une entrée élaborée. Le tumulus n'est qu'à quelques mètres de l'ancienne piste Ridgeway et à 1,6 km du fort de la colline d'Uffington et du célèbre White Horse.

Uffington, Oxfordshire, Angleterre

Cote Héritage : ?

Point culminant du patrimoine : Immense façade monumentale
La plus proche: Hôtels - Gîtes - Chambres d'hôtes


Sites historiques similaires ou similaires à Rollright Stones

Les mégalithes de Medway, parfois appelés mégalithes du Kent, sont un groupe de longs tumulus chambrés du Néolithique ancien et d'autres monuments mégalithiques situés dans la basse vallée de la rivière Medway dans le Kent, dans le sud-est de l'Angleterre. Construits à partir de pierre sarsen locale et de sol entre le 4e et le 3e millénaire avant notre ère, ils représentent le seul groupe mégalithique préhistorique connu dans l'est de l'Angleterre et le groupe le plus au sud-est de Grande-Bretagne. Wikipédia

Grande pierre préhistorique qui a été utilisée pour construire une structure ou un monument, seule ou avec d'autres pierres. Il y en a plus de 35 000 rien qu'en Europe, largement répartis de la Suède à la mer Méditerranée. Wikipédia

Monument néolithique de henge contenant trois cercles de pierres, autour du village d'Avebury dans le Wiltshire, dans le sud-ouest de l'Angleterre. L'un des sites préhistoriques les plus connus de Grande-Bretagne, il contient le plus grand cercle de pierres mégalithiques au monde. Wikipédia

Situé près de Keswick en Cumbria, au nord-ouest de l'Angleterre. Construit dans le cadre d'une tradition mégalithique qui a duré de 3 300 à 900 av. Wikipédia


Les pierres de Rollright

COTE PATRIMOINE :

POINTS FORTS DU PATRIMOINE : Ce qui rend les Rollright Stones vraiment fascinants, ce sont les légendes associées au site.

Situé au sommet d'une crête calcaire juste au nord de Chipping Norton, dans l'Oxfordshire, cet ancien site n'est pas un seul cercle, mais trois groupes distincts de pierres qui comprennent un cercle de pierres, une pierre dressée solitaire et un cromlech, ou tumulus. Ensemble, les trois sites regroupés couvrent la période 3 800-1500 av.

Les hommes du roi

Le cercle de pierres se trouve dans une petite clairière juste derrière une ceinture d'arbres au sommet de la crête. Le cercle mesure environ cent pieds de large (31 m) et les pierres sont assez petites, allant de plusieurs pouces de haut à près de 9 pieds de haut. Peut-être à cause de l'emplacement isolé, le cercle a une atmosphère de mystère tranquille. Le cercle est également connu sous le nom d'Hommes du Roi.

Les pierres sont irrégulièrement espacées, mais les dessins réalisés par les antiquaires suggèrent qu'il y avait à l'origine un mur continu de 105 pierres placées côte à côte, avec une petite ouverture au sud-ouest. Maintenant, il ne reste que 70 pierres, avec plusieurs lacunes évidentes dans le cercle.

Deux pierres, une debout, une tombée, se trouvent à l'extérieur du cercle, flanquant l'ouverture, qui est directement en face de la pierre la plus haute et aurait formé un portail d'entrée.

Les pierres sont toutes des rochers de surface locaux (c'est-à-dire qu'ils n'ont pas été extraits), très probablement trouvés à moins de 500 m du cercle. On estime qu'une équipe de 20 personnes aurait pu construire le cercle de pierres en un seul mois en utilisant uniquement des outils en os de bois de cerf, des cordes en fibre et des leviers en bois pour ériger les pierres.

Le cercle de pierres des Hommes du Roi est devenu un point central de l'observance rituelle moderne. Nous avons remarqué de petites offrandes telles que des pièces de monnaie, des fleurs et des bougies laissées sur des rebords dans les pierres, et un arbre surplombant l'extrémité ouest du cercle était orné de bandes de tissu colorées lors de notre visite.

La sculpture de Rollright

À l'extérieur du cercle de pierres au sud se trouve une sculpture moderne créée par le sculpteur David Gosling basé à Banbury. La sculpture, intitulée The Rollright Witch, est faite de morceaux tissés de saule, de citron vert, de noisetier et de lierre, et donne vie à l'histoire ancienne de la sorcière qui a transformé un roi et son armée en pierre (voir ci-dessous).

La légende dit que si vous essayez de compter le nombre de pierres dressées, vous obtiendrez toujours un résultat différent. Une histoire similaire est racontée à propos d'autres cercles de pierres dans différentes régions de Grande-Bretagne. Une torsion sur l'histoire dit que si vous comptez les pierres trois fois et obtenez la même réponse à chaque fois, vous obtiendrez un vœu.

Un conte local dit que la plus grosse pierre, mesurant plus de 9 pieds de haut, a été prise pour faire un pont en battant au-dessus d'un ruisseau local. Selon le conte, il a fallu 24 chevaux pour traîner la pierre en bas de la colline jusqu'au ruisseau, et en cours de route elle est tombée et deux hommes ont été tués. La pierre a été mise en place, mais elle a continué à se retourner et les récoltes de la ferme ont échoué, alors les habitants ont remonté la colline (cela n'a pris que deux chevaux cette fois) et l'ont reconstruite dans sa position initiale.

Les chevaliers chuchotants

Depuis le cercle de pierres de Kings Men, un chemin longe le sommet d'un champ agricole, parallèle à la route, avant de descendre et de suivre la limite du champ jusqu'au deuxième des sites Rollright Stones, les Whispering Knights.

Les Whispering Knights sont antérieurs au cercle de pierres des Kings Men de plus de mille ans. Il a été érigé vers 3 800 avant JC par certaines des premières communautés agricoles à s'installer ici. C'est un type de tumulus connu sous le nom de dolmen portail. Si vous regardez le dolmen du côté de la descente, vous pouvez voir que les deux plus grandes pierres agissent comme des montants de porte, avec une troisième pierre derrière agissant pour fermer la chambre funéraire.

Les trois pierres étaient à l'origine surmontées d'une pierre de faîte massive, mais celle-ci est tombée et se trouve maintenant sur le côté amont des menhirs. Les archéologues pensent qu'il y avait à l'origine plus de pierres dressées et que tout le dolmen était recouvert d'un petit monticule de pierres.

La chambre funéraire aurait contenu les ossements désarticulés de plusieurs personnes. Fait intéressant, la chambre funéraire a été réutilisée plusieurs fois et les habitants locaux ajoutaient de nouvelles sépultures jusqu'à l'âge du bronze.

Plusieurs légendes s'attachent aux pierres. On dit qu'ils descendent au ruisseau au bas de la colline pour boire un verre le jour du Nouvel An, ou, alternativement, lorsque les cloches de l'église de Long Compton sonnent.

La pierre royale

En face du cercle de pierres Kings Men et à travers une porte, vous arrivez à une pierre dressée solitaire connue sous le nom de King Stone. Curieusement, la pierre n'est pas située au sommet de la colline, où elle serait facilement visible depuis la vallée en contrebas, mais dans un petit vallon ou terrasse.

C'est le plus jeune des sites qui composent les Rollright Stones, érigé entre 1800-1500 av. Il a probablement marqué l'emplacement d'un cimetière de l'âge du bronze. Les fouilles ont révélé au moins deux monticules près de la pierre dressée, chacun contenant des preuves de sépultures incinérées. Certaines crémations étaient marquées par des poteaux en bois. Il est possible que la pierre royale ait été érigée pour servir de pierre tombale plus permanente, remplaçant les poteaux en bois.

La forme curieuse de la Pierre Royale, décrite par le panneau d'information sur le site comme étant celle d'un phoque en équilibre avec une boule sur son nez. est en partie dû aux bouviers et autres visiteurs du XIXe siècle qui cassaient des morceaux de la pierre pour servir de porte-bonheur.

C'est en partie pour arrêter des dommages intentionnels comme celui-ci que les Rollright Stones ont été parmi les premiers sites historiques du Royaume-Uni à être protégés en tant que monuments anciens classés.

La légende de Rollright

L'histoire raconte qu'un roi de l'ancienne Angleterre marchait le long de la crête avec ses hommes (le cercle principal). Ils s'arrêtèrent pour se reposer et tandis que le roi (la pierre royale) surveillait la voie à suivre, un groupe de chevaliers s'écarta pour comploter contre le roi et fut immédiatement transformé en pierre.

Une autre légende raconte que pendant que le roi surveillait la scène, il rencontra une sorcière locale. La sorcière fit un marché avec lui en disant :

'Tu feras sept longues enjambées
Si Long Compton tu peux voir
Tu seras roi d'Angleterre.

Le roi, pensant qu'il s'agissait d'une affaire facile, répondit : « Du bâton, du bois, de la pierre, comme le roi d'Angleterre je serai connu.

Le roi a fait ses sept foulées, mais sa vue a été bloquée par le monticule connu localement sous le nom de The Archdruid's Barrow. La sorcière annonça triomphalement :

'Comme Long Compton tu ne peux pas voir
Tu ne seras pas roi d'Angleterre.
Lève-toi bâton et reste immobile pierre,
Pour le roi d'Angleterre tu ne seras pas
Toi et tes hommes, tu ensevelisras des pierres,
et moi-même un arbre de sureau.
'

Sur quoi le roi et ses hommes devinrent des pierres, et la sorcière se transforma en sureau. Moralité : ne marchandez pas avec les sorcières.

Les Rollright Stones ne sont pas spectaculaires, à la manière de Stonehenge ou d'Avebury, mais cela signifie aussi qu'ils ne sont pas bondés de touristes, comme peuvent l'être ces cercles plus connus.

Bien qu'il s'agisse d'un site du patrimoine anglais, les Rollright Stones sont préservés par le Rollright Trust, un organisme de bienfaisance local.

Parking

Situé sur Rollright Road, la route secondaire reliant l'A34 et l'A3400. Il y a deux petites aires de stationnement du côté sud de la route (c'est-à-dire en direction de l'ouest), bien que notre famille vienne de l'ouest et puisse généralement traverser la route et entrer dans l'aire sans aucun problème.

Il y a une boîte d'honnêteté à l'entrée du cercle principal, avec un don suggéré, mais les Whispering Knights et la King Stone peuvent être vus gratuitement. Il y a des panneaux d'information utiles sur chaque site et de bons panneaux de signalisation reliant les sites, mais pas de toilettes ni de restauration. Notez que le sentier entre le cercle de pierres Kings Men et les Whispering Knights peut être boueux par temps humide, donc de bonnes chaussures si vraiment en ordre.

Plus de photos

La plupart des photos sont disponibles pour une licence, veuillez contacter la bibliothèque d'images Britain Express.

À propos de Rollright Stones
Adresse: Rollright Road, Long Compton, Oxfordshire, Angleterre, OX7 5QB
Type d'activité : Site préhistorique
Emplacement : 1 mile SE Long Compton, au large de l'A3400
Site Web : Rollright Stones
Sous propriété privée
Une carte
Système d'exploitation : SP296308
Crédit photo : David Ross et Britain Express

ARTICLES POPULAIRES

Nous avons « marqué » ces informations sur les attractions pour vous aider à trouver des attractions historiques connexes et en savoir plus sur les principales périodes mentionnées.

Trouvez d'autres attractions étiquetées avec:

Néolithique (Architecture) - cercle de pierres (Référence historique) -

ATTRACTIONS HISTORIQUES À PROXIMITÉ

Classé Patrimoine de 1 à 5 (faible à exceptionnel) sur intérêt historique


Le miroir de la Régence

Nul doute que l'étrange groupement de pierres a inspiré la légende. À Rollright, se trouve un grand cercle de pierres (108 pieds de diamètre) qui porte le nom des hommes du roi.

À environ 83 mètres au nord des Hommes du Roi se trouve la Pierre du Roi, le lieu de repos du roi malchanceux selon le mythe.

À l'est du cercle de pierres, à environ 400 mètres, se trouve un petit groupe de quatre pierres dressées (il y en avait plus) connues sous le nom de Whispering Knights.

Une illustration de 1645 des hommes du roi aux Rollright Stones,
montrant à quoi ressemblait le cercle il y a plusieurs siècles

Un rituel similaire impliquait des femmes stériles, qui espéraient qu'en frottant leurs seins nus sur la pierre du roi, également à minuit la veille de la Saint-Jean, elles seraient capables de concevoir un enfant.

Les pierres ont joué un rôle de premier plan dans un épisode de 2015 de la série télévisée britannique Père Brown , qui se déroule dans les Cotswolds au début des années 1950. Dans “The Standing Stones”, des villageois superstitieux mettent en place un rituel païen au sein du cercle de pierres pour mettre fin à une épidémie de polio dans leur village.

I n 1978, la série britannique de longue date Docteur Who a présenté les Rollright Stones dans un épisode intitulé "La pierre de sang".

Pierres Rollright

Les Rollright Stones, un trio de monuments néolithiques en calcaire, ont été érigés pour marquer les sites rituels. Mais selon la légende locale, et les noms des sites spécifiques eux-mêmes, les pierres sont en réalité les corps pétrifiés d'un roi et de ses hommes.

Le plus grand des sites est celui des hommes du roi, un cercle étroit d'environ 77 pierres, de plus de 100 pieds de diamètre. Les pierres du cercle varient en hauteur et en forme, mais le cercle lui-même est d'une uniformité impressionnante. Non loin de King's Men se trouve un dolmen effondré appelé les Whispering Knights. Cet ancien lieu de sépulture est le plus ancien des Rollright Stones et était autrefois une chambre debout. Aujourd'hui, la pierre de faîte qui était autrefois le toit de la chambre est au sol sous les autres pierres inclinées. Enfin, de l'autre côté de la route des Whispering Knights se trouve la King Stone, un mégalithe solitaire, fait d'un seul morceau de calcaire tordu.

La véritable signification des pierres pour les personnes qui les assemblaient est maintenant perdue, bien que le dolmen ait pu être un tombeau, mais il existe une légende datant au moins de la période Tudor qui dit que les pierres sont un roi et son armée qui ont été transformé en pierre par une sorcière locale. Selon une comptine du XVIIe siècle, la sorcière (en particulier une sorcière historique connue sous le nom de Mère Shipton) a dupé le roi envahisseur pour qu'il la croise, alors elle a transformé ses soldats, qui étaient assis en cercle, ses chevaliers qui chuchotaient entre eux, et le roi lui-même à lapider.

D'autres légendes plus effrayantes prétendent que les pierres bougent la nuit, ne peuvent pas être comptées avec précision et, comme de nombreuses autres ruines britanniques ou éléments naturels exceptionnels, chuchoteront utilement aux jeunes filles les noms de leurs futurs maris.


7: Long Meg et ses filles

Long Meg et ses filles (Dreamstime)

Penrith, Cumbrie

Datant de l'âge du bronze, c'est l'un des plus grands cercles de pierres préhistoriques d'Angleterre. Il y a 59 « filles » en pierre debout. Long Meg est un monolithe de grès rouge de 3,6 m de haut au sud-ouest du cercle. Il existe de nombreux autres cercles, pierres et tombeaux dans les environs.


10 anciens cercles de pierres du Royaume-Uni

1 : Stonehenge

Stonehenge est un monument préhistorique situé dans le Wiltshire, en Angleterre, à environ 3,2 km à l'ouest d'Amesbury et à 13 km au nord de Salisbury. L'un des sites les plus célèbres au monde, Stonehenge est le vestige d'un anneau de menhirs sertis de terrassements. Il se trouve au milieu du complexe le plus dense de monuments néolithiques et de l'âge du bronze en Angleterre, comprenant plusieurs centaines de tumulus.

Les archéologues pensent qu'il a été construit entre 3000 avant JC et 2000 avant JC. La datation au radiocarbone en 2008 a suggéré que les premières pierres ont été soulevées entre 2400 et 2200 avant JC, tandis qu'une autre théorie suggère que des pierres bleues pourraient avoir été soulevées sur le site dès 3000 avant JC.

La banque de terre circulaire environnante et le fossé, qui constituent la première phase du monument, ont été datés d'environ 3100 av. Le site et ses environs ont été ajoutés à la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1986 dans une co-liste avec Avebury Henge. Il s'agit d'un monument antique classé national légalement protégé. Stonehenge appartient à la Couronne et est géré par English Heritage, tandis que les terres environnantes appartiennent au National Trust.

Avebury est un monument néolithique de henge contenant trois cercles de pierres, autour du village d'Avebury dans le Wiltshire, dans le sud-ouest de l'Angleterre. Unique parmi les monuments mégalithiques, Avebury contient le plus grand cercle de pierres d'Europe et est l'un des sites préhistoriques les plus connus de Grande-Bretagne.

Construit vers 2600 av. Le monument d'Avebury faisait partie d'un paysage préhistorique plus vaste contenant plusieurs monuments plus anciens à proximité, notamment West Kennet Long Barrow et Silbury Hill.

3 : L'Anneau de Brodgar

L'Anneau de Brodgar est un henge néolithique et un cercle de pierres situé dans les Orcades, en Écosse. L'anneau de pierres se dresse sur un petit isthme entre les lacs de Stenness et Harray.

Contrairement à des structures similaires telles qu'Avebury, il n'y a pas de pierres évidentes à l'intérieur du cercle, mais comme l'intérieur du cercle n'a jamais été fouillé par les archéologues, il est possible que des structures en bois, par exemple, soient présentes. On pense généralement qu'il a été érigé entre 2500 avant JC et 2000 avant JC, et était donc le dernier des grands monuments néolithiques construits sur la Ness.

4 : Les pierres de Callanish

Les pierres de Callanish sont situées près du village de Callanish sur la côte ouest de Lewis dans les Hébrides extérieures (îles occidentales d'Écosse). La construction du site a eu lieu entre 2900 et 2600 av.

La plus haute des pierres marque l'entrée d'un cairn funéraire où des restes humains ont été découverts. Une campagne de fouilles en 1980 et 1981 a montré que la chambre funéraire était un ajout tardif au site, et qu'elle avait été modifiée à plusieurs reprises. Les découvertes de poterie ont suggéré une date de 2200 avant JC pour l'érection du cercle.

5 : Cercle de pierres de Castlerigg

Le cercle de pierres de Castlerigg est situé près de Keswick en Cumbria, au nord-ouest de l'Angleterre. L'un des quelque 1 300 cercles de pierres des îles britanniques et de la Bretagne, il a été construit dans le cadre d'une tradition mégalithique qui a duré de 3 300 à 900 av.

Divers archéologues ont commenté positivement la beauté et le romantisme de l'anneau de Castlerigg et de son environnement naturel. La pensée actuelle a lié Castlerigg à l'industrie néolithique de la hache de Langdale dans les collines voisines de Langdale, le cercle agissant comme un lieu de rencontre où ces haches étaient échangées ou échangées.

Des haches de pierre déposées rituellement sont fréquemment trouvées dans toute la Grande-Bretagne, ce qui suggère que leur utilisation allait bien au-delà de leurs capacités pratiques banales. Pour cette raison, tout échange ou commerce de haches de pierre n'aurait peut-être pas été possible sans avoir d'abord participé à un rituel ou à une cérémonie. Le cercle de pierres de Castlerigg aurait pu être l'espace dans lequel ces rituels et cérémonies se déroulaient.

6 : Boscawen-Un

Boscawen-Un se trouve au sud-ouest des Cornouailles, dans le district de Penwith, au nord de St Buryan, sur la route de Penzance à Land's End. Le cercle de pierres est constitué d'un menhir central entouré de 19 autres pierres, dont 18 en granit gris et une en quartz brillant.

En 1864, la zone autour du cercle de pierres a été étudiée pour la première fois par des archéologues. Le rapport de fouille montre que la pierre centrale avait déjà son inclinaison remarquable. Un tumulus a été découvert près du cercle de pierres, dans lequel se trouvaient des urnes.

7 : Pierres Rollright

Les Rollright Stones sont un complexe de trois monuments mégalithiques néolithiques et de l'âge du bronze situés près du village de Long Compton, aux confins de l'Oxfordshire et du Warwickshire dans les Midlands anglais.

Construits à partir de calcaire oolithique local, les trois monuments distincts, maintenant connus sous le nom de The King's Men, The King Stone et The Whispering Knights, sont chacun distincts dans leur conception et leur objectif, et ont chacun été construits à différentes périodes de la fin de la préhistoire du 4e au IIe millénaire av.

8 : Le pli de Mitchell

Mitchell's Fold (parfois appelé Medgel's Fold ou Madges Pinfold) est un cercle de pierres de l'âge du bronze dans le sud-ouest du Shropshire. Le nom du cercle peut dériver de « micel » ou « mycel », en vieil anglais pour « grand », se référant à la taille de ce grand cercle.

Ses pierres doléritiques provenaient de la colline voisine de Stapeley. Beaucoup d'entre eux sont aujourd'hui portés disparus et d'autres sont tombés. Au début, il y avait peut-être une trentaine de piliers de pierre, les autres qui se dressent toujours en hauteur allant de 10 pouces à 6 pieds 3 pouces (1,91 m).

9 : Les Hurlers (cercles de pierres)

Les Hurlers sont un groupe de trois cercles de pierres à Cornwall, en Angleterre. Le site se trouve à 0,8 km à l'ouest du village de Minions sur le flanc est de Bodmin Moor et à environ 6 km au nord de Liskeard.

Les Hurlers comprennent trois cercles de pierres situés sur une ligne allant du SSW au NNE et ont des diamètres de 35 mètres (115 pieds), 42 mètres (138 pieds) et 33 mètres (108 pieds). Les deux cercles de pierre extérieurs sont circulaires, tandis que le cercle du milieu est légèrement elliptique.

10 : Cercle de pierres Tregeseal Est

Tregeseal East is a heavily restored prehistoric stone circle around one mile northeast of the town of St Just in Cornwall, England, United Kingdom. The nineteen granite stones are also known as “The Dancing Stones”. It is the one surviving circle of three that once stood aligned along an east-west axis on the hillside to the south of Carn Kenidjack.

The stone circle consists of 19 granite blocks with a height between 1.0–1.4 m (3 ft 3 in–4 ft 7 in), which describe an approximate circle with a diameter of around 21 m (69 ft).


I loved visiting England’s Rollright Stones. ©Ken Aikin

There are few things I love better than poking about in prehistoric Britain. Located near several of the Cotswolds’ most beautiful villages are one of England’s most charming megalithic sites, called the Rollright Stones. Not only are they magical, they’re surrounded by colorful stories to boot.

Because our vacation was free from the worries of driving on the left-hand side of the road, Ken and I arranged a taxi from the White Hart Royal Hotel in Moreton-in-Marsh to the Rollright Stones, which consists of three monuments: the King’s Men stone circle, the Whispering Knights burial chamber, and the King Stone standing stone. Each was built hundreds or thousands of years apart, between 3800 and 1500 years BCE.

The King’s Men stone circle in the Cotswolds ©Laurel Kallenbach

We arrived in the midst of a drizzle, arranged for our driver to return in two hours, and followed the signs through the trees to the largest site, The King’s Men stone circle, where we stood beneath the trees and read the legend of the Rollright Stones from our guidebook.

The tale, which probably dates back to medieval times, goes something like this: A king and his army were marching through the Cotswold Hills when they were changed to stone by a witch—no doubt a wise woman who reasoned that the land was better off remaining as crop- and pastureland instead of becoming a battlefield. So, the crone turned the king into the lone-standing King Stone, his army into the King’s Men circle of stones, and his treason-plotting knights into the Whispering Knights standing stones. The witch then transformed into an elder tree, which supposedly still grows on the hill if that elder is ever cut, the spell will break, and all the Stones will come back to life.

The King’s Men Stone Circle

The drizzle ceased, and we walked out into the open hilltop to a sweeping panorama of the Oxfordshire/Warwickshire countryside. And then we saw the beautiful King’s Men stone circle, the highlight of the Rollright Stones’ three sites. Dozens of pocked and craggy limestones—most less that six feet tall—stood in circular formation.

The King’s Men stone circle is one of the sites at England’s Rollright Stones. ©Laurel Kallenbach

It was easy to see why they’re named for soldiers—many of the more upright stones did seem to have human shapes, although some of them were squat. Each stone possessed amazing character: each was weathered like an aged person’s face. In addition, the stones are covered by unique lichens in many hues—rust, ochre, burnt umber—and according to the info board about the circle, some of those lichens are 400 to 600 years old! The stones are surrounded at their bases by grass, moss, stinging nettles, and tiny field flowers.

Ken beside one of the tallest stones in the King’s Men circle ©Laurel Kallenbach

Ken and I were roaming alone among the stones, admiring their topography, when we were joined by a quartet of vivacious girls who skipped five or six times around the circle counting the stones.

There’s another legend about the King’s Men stone circle: the stones are supposedly uncountable. There are 70-odd stones, but in places it’s almost impossible to tell where one stone begins and the other ends because they lie in a cluster. Other stones barely show above the ground and the tufts of grass. According to the story, if you count the same number of stones three times, you are granted a wish.

These girls counted the stones in the circle—and got their wish! ©Laurel Kallenbach

After the girls had raced around the circle, we overheard them declaring to their mums that they got the same count three times, so they were all making a wish.

After the group left, I began counting stones but was distracted when I looked into the stand of trees that grew in a horseshoe around the circle. In the shrubbery, something shiny and colorful caught my eye, and when I went to look, I discovered that it was clooties—scraps of cloth or other decorations—tied to the branches.

Clooties at the King’s Men circle ©Laurel Kallenbach

Clooties (also spelled “cloughties” or “clouties”) are a Pagan tradition for honoring trees and asking for healing, and they’re commonly found at sacred sites (like ancient standing stones) and healing wells across the UK and Ireland.

The Rollright clooties were made of ribbon, cloth, stalks of barley or wheat from the surrounding fields, daisy chains, and bits of colorful litter like candy and gum wrappers and a Pellegrino label that the makers probably cleaned up from the vicinity. I imagined that a Pagan group, celebrating Lughnasa just a few weeks before in early August, might have freshly decorated the boughs.

To give thanks for my regained mobility after hip replacement—which made it possible for me to travel to England for a walking holiday—I assembled my own clootie out of dandelions and a spray of leaves, and I tied them to a branch.

Last, I circumnavigated the circle again, counting the stones. I came up with 76, but didn’t have time to do a second or third pass we still had two more sites to visit before our time was up, so I left it to the mystery.

This stone truly looked like a human outline in the King’s Men circle. ©Laurel Kallenbach

I did, however, take a moment to try to envision the stones with no gaps between them. According to historical and archaeological documentation, the stones may originally have numbered about 105, all standing shoulder to shoulder—even more like a militia than they look now. Over the millennia, many of the stones have fallen, and some were carted away in the last millennia for use in building bridges and whatnot.

In modern times, the Rollright Stones have been used to exhibit modern sculptures, including Anish Kapoor’s Turning the World Inside Out, and for plays, notably Mark Rylance’s production of La tempête in1992. The Stones are also regularly used for private wedding and naming ceremonies and other celebrations, according to the Rollright website.

The Whispering Knights

Just a short walk past pastures of grazing sheep are the Whispering Knights. This trio of upright stones is aptly named because the stones lean into each other, so it doesn’t take much imagination to picture them as disgruntled knights furtively colluding against the king.

The three Whispering Knights at the Rollright Stones ©Laurel Kallenbach

In reality, the vertical stones originally formed a Neolithic portal-dolmen, with these upright stones supporting a capstone, or flat “roof.” Sometime between 3800 and 3500 BCE, builders constructed this portal to lead into a communal burial chamber, which was used for human remains well into the Bronze Age, according to the sign posted at the site.

Today the Whispering Knights are surrounded by an iron fence to discourage people from climbing on the stones and damaging them or the lichens that grow on them. The Knights gaze over the farm fields and stands of trees as far as the eye can see. People toss coins into the crevasses of one of the fallen stones—for luck I suppose. Or perhaps to insure that they will return to this lovely place.

Another view of the Whispering Knights, part of a collapsed passage dolmen. ©Laurel Kallenbach

The mysterious stones seem to have captured the imagination of people in the region for centuries: There’s an age-old story that on New Year’s Day, the three Whispering Knights hoist their rocky bodies and “walk” down the valley to the brook for a drink of water. The church bells of the nearby town of Long Compton are also supposed to inspire this migration. If ever there were three stones with human personalities, it’s these three.

Other local folklore includes this story: A local farmer wanted one of the largest stones to build a bridge over a stream. It took 24 horses to drag the stone down the hill, and one worker was killed on the way. Eventually the farmer got the stone positioned across the stream, but by the next morning it had flipped over onto the bank! Each time the farmer moved the stone into a bridge position, the same thing happened. Then the area crops failed, so the farmer and his friends decided to return the stone to its original position. This time it took only unehorse to drag the heavy slab back up the hill!

The moral of the story? Don’t mess with ancient megaliths—and never underestimate their power or majesty.

The King Stone

We walked back to the road and crossed, passed through a farm gate, and wandered up to the lone King Stone, which rises sinuously from earth to sky.

The gate leading to the field where we found the King Stone. ©Laurel Kallenbach

Its lovely curve isn’t how the stone originally appeared its shape is the result of centuries of human vandalism, now hopefully curbed by an iron fence with arrow-shaped spikes at the tops.

According to the sign, 19th century drovers and visitors chipped off part of the stone as good-luck charms and to “keep the Devil at bay.”

Bad luck, if you ask me. In fact, it’s a criminal offence to damage any monument stones like this in Britain.

There’s something lonely and exposed about the solitary King Stone, which looks as if thousands of years of wind passing over the hilltop had unfurled solid rock, sending it sailing skyward into the mottled clouds. Or perhaps the presence of adjacent burial chambers and cairns contributes to the melancholy atmosphere.

The time-swept King Stone ©Laurel Kallenbach

Or, maybe it’s the scale of time at the Rollright Stones: We humans have a lifespan of a hundred years if we’re lucky, whereas the King Stone has been a sentry over these Cotswold hills for more than 3,500 years. The Whispering Knights have guarded their secrets for almost 6,000 years.

After two hours at the Rollright Stones—which slipped by in the blink of an eye—our taxi driver returned to whisk us along the country roads and back to our hotel, which has been operating as an inn since the 1600s. Such is time in the ancient lands of Britain.

The entrance fee to the Rollright Stones is just 1£. For more information, including instructions to get to the site, visit RollrightStones.co.uk.

More about megaliths:

The circle at the Rollright Stones in the Cotswolds ©Laurel Kallenbach

List of site sources >>>


Voir la vidéo: The ROLLRIGHT STONES: Fact vs Fantasy at our Ancient Monuments 1080p (Janvier 2022).