L'histoire

Bataille du mont Falernus, 90 av.


Bataille du mont Falernus, 90 av.

La bataille du mont Falernus (90 av. J.-C.) fut une victoire pour les Italiens sur une force romaine sous Pompée Strabon qui se déplaçait pour assiéger Asculum (guerre sociale).

La guerre sociale a commencé par un massacre de tous les Romains à Asculum, une ville du centre-sud de Picenum, sur la côte adriatique italienne. Gnaeus Pompeius Strabon, le père de Pompée le Grand et l'un des principaux propriétaires terriens romains de Picenum, reçut le commandement de l'armée envoyée pour assiéger Asculum.

Les Italiens se sont déplacés pour bloquer son avance. Les forces italiennes étaient commandées par trois généraux. C. Vidacilius d'Asculum et T Lafrenius, le préteur des Piceni sont clairement identifiés. L'identité du troisième commandant n'est pas si claire, avec P. Ventidus ou P. Vettius Scato comme alternatives.

Vettius Scato était l'un des commandants italiens les plus performants, et Cicéron a rappelé une rencontre entre lui et Pompée Strabon, qui place probablement Scato à Picenum à un moment donné pendant la guerre.

P. Ventidius était le nom d'un des généraux de César, qui aurait été capturé enfant pendant la guerre sociale et contraint de participer au triomphe de Pompée. Il était le fils d'un autre Publius Ventidius, qui a peut-être été le commandant italien pendant cette bataille.

L'emplacement du mont Falernus n'est pas connu avec certitude. Cependant, une ville appelée Falerio a été fondée, probablement par Auguste, sur la rivière Tinna, qui coule vers l'est à travers le centre de Picenum, passant juste au nord de Firmum et il semblerait que le mont Falernus se trouve quelque part près de ce site.

Ce n'est pas le mont Falernus célèbre pour produire l'un des meilleurs vins de l'Italie antique, qui se trouvait sur la côte à trente milles au nord-ouest de Naples.

Selon Appian, les trois commandants italiens ont combiné leurs forces, ont vaincu Pompée près du mont Falernus et l'ont poursuivi à l'est jusqu'à Firmum. Vidacilius et Ventidus/Vettius s'éloignèrent, laissant Lafrenius assiéger Pompée à Firmum. Le siège de Firmum a pris fin après que Lafrenius a été tué lors d'une sortie romaine, et Pompée a finalement été libre de passer au siège d'Asculum.


Comment une bataille de Bigfoot en 1924 sur le mont St. Helens a contribué à lancer une légende : Throwback Thursday

Qu'est-ce qui définit le nord-ouest du Pacifique dans l'imaginaire populaire ? Un mélange d'images stéréotypées vient sûrement à l'esprit de l'Américain moyen : tueurs en série et rockers indépendants, café fort et politique libérale.

Ensuite, il y a la pièce de résistance : Bigfoot. Notre célèbre résident caché.

C'est l'une des blagues les plus familières du Nord-Ouest. Le sasquatch peut être trouvé sur des tasses et des t-shirts hipster, et des bêtes velues errent dans les rues à Halloween. Un festival de musique populaire porte le nom de la créature.

Spirit Lake (L'Oregonien)

En conséquence, il a été largement oublié que les enquêteurs intrépides de ces régions ont pris le mystère au sérieux pendant des années, traquant des empreintes de pas géantes et collectant des rapports de sifflements étranges entendus dans la forêt.

Personne ne sait avec certitude quand la légende du Nord-Ouest Bigfoot a vraiment commencé, mais la rampe de lancement la plus réussie pour l'obsession du public pour elle est connu : une bataille qui aurait eu lieu dans une gorge étroite sur le flanc est du mont St. Helens. La gorge s'appelle maintenant Ape Canyon.

C'est là qu'à l'été 1924, un groupe de chercheurs d'or a trébuché hors des bois, tremblant et les yeux vitreux, pour parler d'animaux ressemblant à des singes de 7 pieds de haut les attaquant avec des rochers.

Fred Beck, Gabe Lefever, John Peterson, Marion Smith et le fils de Smith, Roy, ont décrit avoir rencontré des « hommes gorilles » près de l'endroit où ils avaient construit une petite cabane pour leurs incursions de chasse à l'or.

Ils ont affirmé qu'ils se trouvaient à huit milles de Spirit Lake lorsqu'ils ont rencontré quatre des animaux géants se déplaçant à travers la forêt avec des pas droits et humains. "Ils sont couverts de longs cheveux noirs", a rapporté The Oregonian, relatant les descriptions proposées par les hommes. «Leurs oreilles mesurent environ quatre pouces de long et sont dressées. Ils ont quatre orteils, courts et trapus. Les témoins ont estimé que chaque animal pesait environ 400 livres.

Une photo Bigfoot des années 1970 soumise à The Oregonian par un randonneur. (archives de l'Oregon)

Pris de court à la vue des énormes bêtes, Fred Beck a tiré son fusil sur l'une des créatures et, frappé à trois reprises, l'animal blessé a basculé d'une falaise. (Beck aurait affirmé des années plus tard qu'un autre membre du parti avait tiré les coups de feu.)

La violence s'est avérée une erreur.

Cette nuit-là, ont dit les hommes, ils ont été réveillés lorsque d'énormes pierres ont commencé à s'écraser contre l'extérieur de leur cabine. Puis ils ont entendu – et senti – des corps géants claquer contre les murs et la porte. Les hommes-singes cherchaient à se venger.

Les bêtes ont finalement percé un trou dans le toit, leur permettant de cibler Beck.

"Beaucoup de rochers sont tombés à travers un trou dans le toit, et deux d'entre eux ont frappé Beck, l'un d'eux le rendant inconscient pendant près de deux heures", a rapporté The Oregonian.

Finalement, ont dit les prospecteurs, le soleil a commencé à se lever, ce qui a incité les animaux à interrompre leur attaque et à s'éclipser. Les hommes passèrent la tête par la porte et, lorsqu'ils décidèrent que la côte était libre, ils sortirent en courant des bois.

Les histoires d'hommes-singes géants n'étaient pas vraiment nouvelles dans la région. Les chasseurs, les bûcherons et les prospecteurs avaient vu des empreintes de pas massives de temps en temps au fil des ans, et les Amérindiens de la région avaient parlé de «diables des montagnes». Mais peu de gens s'inquiétaient sérieusement de la possibilité d'énormes créatures inconnues dans la forêt.

Cela a changé lorsque les chasseurs d'or sont revenus à la civilisation ce jour d'été de 1924. L'histoire dramatique de leur bataille avec de grandes bêtes ressemblant à des humains était irrésistible – et donc difficile à rejeter pour les gens.


Le rôle de la géologie dans l'un des derniers combats les plus célèbres de l'histoire

Les Thermopyles, les « portes chaudes » ou aussi « portes de feu », sont un col de montagne au pied du mont Kallidromo dans la Grèce moderne où la légende raconte que le roi Léonidas et 300 de ses guerriers spartiates ont combattu des millions de Perses lors de l'invasion de Xerxès. La Grèce en 480 av. Ils ont pu tenir le col de la montagne pendant plusieurs jours jusqu'à ce qu'ils soient trahis et finalement vaincus. La bataille enregistrée par les historiens grecs a inspiré un film de 1962, une bande dessinée et un remake en 2006, très vaguement basé sur les faits historiques.

'Leonidas aux Thermopyles' (1814) par Jacques-Louis David. Image dans le domaine public.

Xerxès rassembla son armée dans la province persane de Lydie, l'actuelle Turquie, et marcha le long de la côte de la péninsule grecque en direction d'Athènes. En août 480 av. il a atteint une étroite bande côtière située entre les montagnes et le golfe de Malia - les Thermopyles. A l'époque de la bataille, les pentes du mont Kallidromo auraient été plus boisées qu'aujourd'hui et la mer arrivait jusqu'au col. Les Thermopyles étaient donc un passage étroit entre les hauteurs infranchissables et la mer. Cet emplacement a créé le goulot d'étranglement parfait qui empêcherait une armée perse numériquement supérieure, avec environ 80 000 à 250 000 soldats, de submerger l'armée beaucoup plus petite de Leonidas, composée de 300 Spartiates et de 5 000 à 7 000 soldats d'autres cités-États grecques. En bloquant le passage, Léonidas ralentit l'invasion perse, laissant aux Grecs le temps de battre en retraite et de se réorganiser.

Vue du col des Thermopyles aujourd'hui. Dans les temps anciens, le littoral était l'endroit où se trouve la route moderne, . [+] ou encore plus près de la montagne. Image de Wikipédia/Fkerasar, CC BY-SA 3.0

L'emplacement stratégique des Thermopyles n'est pas une coïncidence géologique. Des sources chaudes d'eau sulfureuse, alimentées par des eaux souterraines circulant le long de failles tectoniques, ont donné son nom au col. La passe est située le long d'une large zone de faille, traversant toute la mer Égée et la péninsule grecque, là où la plaque eurasienne rencontre la microplaque égéenne. Les mouvements le long des limites des plaques ont formé une série de failles parallèles dans les montagnes, où un grand bloc de croûte s'est déplacé vers le bas, formant un graben tectonique. De telles failles normales se produisent généralement à des angles de 30 à 60 degrés et c'est l'orientation des failles qui façonne les faces abruptes du mont Kallidromo. Comme le graben a également été partiellement inondé par la mer, le golfe du Mali, le passage étroit des Thermopyles s'est formé.

Carte géologique simplifiée montrant la géologie des Thermopyles.

À l'aube du troisième jour, des soldats perses, empruntant un chemin mal gardé au-dessus des Thermopyles, attaquèrent le camp grec. Les forces perses ont débordé les soldats et Leonidas, ainsi que tous ses hommes, ont été tués. Les Perses envahissent enfin la ville d'Athènes, évacuée à temps grâce au sacrifice des Spartiates.

L'armée grecque a réussi à se réorganiser et à vaincre les envahisseurs lors de la bataille de Salamine à la fin de 480 av. et en 481 av. à la bataille de Platées. Xerxès se retira avec une grande partie de son armée en Asie.

Alors que la rivière Spercheios déposait des sédiments dans le graben, la mer régresse vers l'est depuis 480 av. et aujourd'hui une large plaine côtière marque le site de la bataille. Pourtant, le col reste une position défensive naturelle pour les armées modernes, et les forces du Commonwealth britannique pendant la Seconde Guerre mondiale y ont fait une défense en 1941 contre une invasion nazie.

Intéressé à lire plus? Essayer:

KRAFT et al. (1987) : La passe des Thermopyles, Grèce. Journal d'archéologie de terrain, vol. 14 (2) : 181-198


Preuve moderne

Les squelettes masculins récupérés étaient tous des soldats morts lors des célèbres batailles d'Himera en 480 av. Les chercheurs ont découvert "un biais potentiel dans les écrits anciens" qui, selon eux, signifie que les historiens de la Grèce antique ont intentionnellement minimisé le rôle des mercenaires étrangers dans les batailles d'Himera.

Dans ces batailles en 480 avant JC, l'ancienne ville grecque d'Himera a défendu avec succès une série d'attaques d'une armée carthaginoise. Selon Mot hellénique on sait que cette armée, dirigée par Hamilcar, comprenait des troupes de « Carthage, Libye, Ibérie, Ligurie, Helisycia, Sardaigne et Corse contre les Siciliens ». Cependant, une ventilation précise des soldats de cette armée multinationale a toujours été insaisissable à partir des preuves disponibles.

Maintenant, les auteurs de l'étude comparent les nouvelles preuves géochimiques aux récits historiques de la bataille. Le Dr Reinberger a comparé l'analyse des isotopes aux affirmations des historiens de la Grèce antique et a découvert que les deux ensembles de données ne correspondaient pas. Quelque chose n'allait pas, car les isotopes ont révélé que la force d'Hamilcar comprenait des quantités importantes de «mercenaires et de soldats étrangers». Mais les récits grecs en parlent peu.

Fosse commune fouillée à Himera (Davide Mauro / CC BY-SA 4.0 )


Siège et conséquences

La bataille de Megiddo fut immédiatement suivie d'un siège. Pharaon fit creuser un fossé par ses hommes et construisit leur propre mur de défense autour de la ville. Après sept mois de lente famine, la ville finit par se rendre. Le roi de Kadesh s'est échappé, mais le reste de ceux qui se trouvaient dans la ville ont été capturés et épargnés par un pharaon miséricordieux.

En plus des armures et des chars, les vainqueurs ont emporté plus de 2 000 chevaux, 340 prisonniers, près de 25 000 bovins et moutons, et l'équipement de guerre royal du roi de Megiddo.

Plus important encore, la victoire de Megiddo leur a permis de conquérir d'autres villes de la région, la sécurisant une fois de plus pour l'empire égyptien.


Bataille du Mont Falernus, 90 avant JC - Histoire

2000 Abraham rencontre Melchisédek, roi de Salem et prêtre de "Dieu le plus haut" (El Elyon), Genèse 14:18 -20, Hébreux 6:20-7:22). Abraham voyage trois jours depuis Beersheba ou Gerar jusqu'au mont Moriah à Jérusalem pour offrir son fils Isaac en sacrifice en obéissance au commandement de Dieu. Dieu fournit un bélier comme substitut. (Genèse 22, Hébreux 11:8-19). Le mont Moriah est le site du mont du Temple.

1400 Après avoir installé l'Arche à Shiloh près de Sichem, Josué lance la conquête de Jérusalem (Josué 10:23)

1000 La forteresse jébusienne de Jérusalem est prise par le roi David. La ville de David est construite au sud du mont du Temple. David règne trente-trois ans à Jérusalem après un règne de 7 ans à Hébron (2 Samuel 5:1-15). L'Arche de l'Alliance est ramenée par David à Jérusalem et placée dans le Tabernacle que Moïse y a construit. (2 Samuel 6:1-18, 1 Chroniques 15:1-16). David envisage de construire le Premier Temple mais n'est pas autorisé car il est un homme de guerre. Il achète l'aire de battage d'Araunah et érige un autel de sacrifice sur le mont Moriah. C'est le site du Premier Temple.

950 Salomon avec l'aide d'Hiram de Tyr et 183 600 ouvriers construit le Premier Temple et le palais royal. Il utilise du calcaire local, du cèdre du Liban et de grandes quantités d'or et d'argent. (1 Rois 5:9, 2 Chroniques 2). Salomon agrandit également la ville. (1 Rois 7:1-12). La construction du temple prend sept ans.

935 Guerre civile. Le Royaume est divisé en Nord (Israël) et Sud (Juda). Dix tribus font partie du royaume du Nord alors que seulement deux (Juda et Benjamin) appartiennent au sud.

910 Le Temple de Salomon est pillé par Shishak (Sheshonk) Pharaon d'Egypte. Beaucoup d'or et d'argent sont pris. (1 Rois 14 :25-28, 2 Chroniques 12 :1-11).

835 Joas répare le Temple, établit un fonds d'entretien et apporte une période de réveil et de réforme au royaume du sud. (2 Rois 12.5ff).

720 Achaz, roi de Juda, démonte les vases de bronze de Salomon et place un autel syrien privé dans le Temple (2 Rois 16:1-20, 2 Chroniques 29-31). Il a ensuite dépouillé l'or pour rendre hommage à Sennachérib.

716 Ézéchias, roi de Jérusalem, avec l'aide de Dieu et du prophète Isaïe, résiste aux Assyriens qui tentent de s'emparer de Jérusalem. (2 Chroniques 32). Puits et sources se sont bouchés.

640 Le roi Josias répare le Temple et provoque des réformes religieuses nationales (2 Chroniques 34-35). Dernière mention de l'Arche d'Alliance.

606 La période babylonienne. L'approche des "temps des gentils" est signalée par la conquête de Juda par Nabuchodonosor. Jérusalem est prise et la première vague de Juifs emmenés en captivité, Daniel parmi eux. Jérusalem perdra bientôt sa souveraineté nationale en tant qu'entité autonome depuis la captivité babylonienne jusqu'à la fin de la grande période de tribulation. La domination babylonienne d'Israël est la période de la tête d'or (Daniel 2:36-38 2 Rois 24:1 2 Chroniques 36:5-6 Daniel 1:1-2 Luc 21:24).

598 Jérusalem est pillée une deuxième fois par Nabuchodonosor.

597 Le roi Jojakin est emmené en captivité par Nabuchodonosor et la deuxième vague de Juifs est emmenée à Babylone, Ézéchiel parmi eux (2 Rois 24:10-16 2 Chroniques 36:10 Ézéchiel 1:2).

587 Sédécias se rebelle contre Nabuchodonosor. Il est aveuglé et emmené à Babylone où il meurt. Sédécias est le dernier roi de la lignée de David à régner en Israël jusqu'à ce que le Messie règne pendant le millénaire (Ézéchiel 34:23-24 Jérémie 23:5 2 Rois 24:18-25:21 2 Chroniques 36:13-21 Jérémie 9 :1-8).

586 9 Av. Nebucadnetsar brûle la ville et détruit le Temple. Il assassine de nombreux habitants et en emmène un grand nombre en captivité. (2 Rois 24-25, 2 Chroniques 36). La destruction de Jérusalem est la date de départ des " Temps des Gentils " - Yeshua a dit : " Jérusalem sera foulée aux pieds par les Gentils jusqu'à ce que les temps des Gentils soient accomplis " (Luc 21:24). Le retour du Messie dans la gloire clôturera cette période de l'histoire d'Israël.

573 Le prophète Jérémie prédit une captivité de soixante-dix ans à Babylone. Le prophète Ézéchiel, captif à Babylone, reçoit une vision de Dieu donnant de nombreux détails sur un futur Temple qui doit être construit.

553 Belschatsar profane les vases du Temple à Babylone. L'écriture sur le mur scelle son destin cette nuit-là alors que Babylone est prise par les Mèdes et les Perses. (Daniel 5)

539 Cyrus, après avoir pris le contrôle de l'empire médo-perse en 549 av. C'est la période de la poitrine et des bras d'argent (Daniel 2:32, 39 6:1-3).

538 L'édit de Cyrus ouvre la voie au retour des Juifs de Babylone dans le pays (Esdras 1:1-4).

536 Les soixante-dix ans de captivité sont terminés. Cyrus le Perse donne le décret comme le prophète Isaïe l'avait prédit 170 ans plus tôt.

517 Sous la direction de Néhémie et de Zorobabel, le Second Temple est achevé malgré une opposition féroce et des retards. Un autel de sacrifice est construit sur le mont du Temple. Le temple est achevé après quinze ans de retard.

332 Flavius ​​Josèphe rapporte que l'armée d'invasion d'Alexandre le Grand est rencontrée par des prêtres en dehors de Jérusalem. Ils le convainquent de ne pas détruire Jérusalem en montrant la prophétie contenue dans les Écritures à son sujet. Alexandre épargne la ville et le Temple.

515 Le deuxième temple est consacré à Jérusalem (Esdras 6 :15-18).

539 Chute de Babylone aux mains des Mèdes et des Perses.

539-334 La période persane. Les Juifs sont dans le pays mais sont sous le contrôle des Perses (Josephus, Antiquities 111:7).

538 Premier retour pour construire le Temple, (Esdras Chapitre 1).

536 Fête des Tabernacles célébrée à Jérusalem, et fondation du temple posée, (Esdras 3). Puis la construction du temple s'est arrêtée pendant 16 ans

515 Temple enfin terminé

458 Néhémie se rend à Jérusalem. Reconstruit les murs de la ville en 52 jours (Néhémie 6:15), août/septembre

445 Le décret d'Artaxerxès Longimanus commence les 70 semaines de course de Daniel (Daniel 9:24 Neh 2).

334-332 Alexandre le Grand

320 Jérusalem est prise par Ptolémée Soter.

314 La ville est prise par Antiochus le Grand.

301 Jérusalem est prise par Ptolémée Épiphane.

170 Jérusalem est prise par Antiochus Epiphane. Antiochus assassine des Juifs et pille Jérusalem. Il offre un cochon sur l'autel et emporte les trésors du Temple. L'adoration et le sacrifice sont arrêtés.

166 Judas Maccabée mène une révolte juive qui reconquiert Jérusalem. Le temple est nettoyé et les sacrifices sont restaurés. (1 Maccabées 4)

164 Jérusalem est assiégée par Antiochus Eupator.

141 La forteresse romaine est conquise par les Maccabées libérant le Temple de la tutelle païenne.

126 Jérusalem est assiégée par Antiochus Soter.

65 Jérusalem est assiégée par Aratus.

63 Jérusalem est prise par le général romain Pompée. Pompée entre dans le saint des saints du Temple et est déçu de le trouver vide.

40 Jérusalem est prise par les Parthes.

38 Pris par Hérode le Grand, un souverain cruel qui était un meurtrier impitoyable. C'est lui qui a ordonné le massacre des innocents à Bethléem. (Matt. 2). Hérode ordonna d'agrandir le Temple. Un nouveau Temple est reconstruit sur la vue du Temple de Zorobabel. Temple et cours reconstruits jusqu'en 63 après JC. Ville et remparts en construction pendant 46 ans (Jean 2).

334-167 La période hellénistique. Les Juifs, dans le pays, sont sous la domination successive des Grecs, puis des Ptolémées d'Egypte, puis des Séleucides de Syrie. C'est le troisième grand empire mondial à dominer les Juifs à l'époque des gentils. C'est l'ère du ventre et des cuisses d'airain (Daniel 2:32. 39 Josèphe, Antiquités 11.7-12.6 Daniel 11:2-20).

175-163 Le règne d'Antiochus IV Epiphane que Daniel considérait comme un type de l'Antéchrist à venir (Daniel 8:1-2 11:21-35 Josèphe, Antiquités 12.5-9 1 Maccabées 1:16:16 2 Mac. 4:7 -9:28).

167-63 La révolte des Maccabées et la dynastie hasmonéenne subséquente en Judée. Une courte période d'indépendance juive. C'est la période de peu d'aide de Daniel 11:34. (Josephus, Antiquités 12.6-14.4).

Événements du Nouveau Testament (6 av. J.-C. à 60 ap. J.-C.)

Luc 2 : Jésus a été circoncis et consacré dans le Temple.

Luc 2 : Jésus à douze ans visite le temple. À la tentation de Jésus, le Diable l'emmène au sommet du Temple.

Jean Jésus nettoie le Temple.

Matthieu 24 Jésus prononce le jugement sur le Temple.

Actes Pierre et Jean guérissent un boiteux à la porte magnifique.

Actes Hérode met Jacques au fil de l'épée.

29/30 La première Pentecôte après la mort et la résurrection de Jésus voit la venue du Saint-Esprit pour créer l'église en baptisant les croyants dans le corps de Christ (1 Corinthiens 12:13). L'âge de l'église suit son cours à l'époque des gentils entre la Pentecôte et l'enlèvement. C'est la grande parenthèse. L'âge de l'église n'est jamais vu dans l'Ancien Testament. Le cours de l'âge de l'église est décrit dans Matthieu 13 et Apocalypse 2-3. La fin de l'âge de l'église est vue dans 1 Timothée 4:1-3 2 Timothée 3:1-5 4:34 et 2 Pierre 2:1-3 3:3-4.

29/30 Le Prince Messie est retranché sur la croix, et la soixante-neuvième semaine de la prophétie de Daniel se termine. L'horloge prophétique s'arrête pour Israël et ne reprendra pas avant la tribulation (Daniel 9:26).

40 L'empereur romain Caligula ordonne qu'une image de lui-même soit placée dans le Saint des Saints. L'ordre n'est pas exécuté et Caligula meurt bientôt.

63-70 La période romaine. C'est le quatrième grand empire mondial à dominer les Juifs à l'époque des gentils. C'est l'ère des jambes de fer et des pieds d'argile de Daniel 2:33 (Josephus, Antiquités 14.4-20.11).

63-70 Le temps des travaux d'Israël (Matthieu 24 :4-8) comprend la grande révolte contre Rome, la venue du peuple du prince et la chute du deuxième temple en 70 après JC (Daniel 9 :26 Matthieu 24 : 2 Josèphe, Guerres 2:17-7:11).

70 Le général romain Titus assiège Jérusalem, détruisant les habitants, la ville et le temple. Le Temple est incendié.

132-135 La révolte juive de Bar Kokba contre Rome.

135-1948 Le deuxième exil des Juifs (la diaspora).

135 La ville de Jérusalem est mise à sac par l'empereur Hadrien.

395-636 domination byzantine en Palestine.

614 Jérusalem est prise par les Perses.

629 Jérusalem capturée par Héraclius.

636 Début de la domination arabe en Palestine.

637 Jérusalem capturée par les Sarrasins sous Omar ibn al-Khatab.

691 Le Dôme du Rocher est achevé sur le mont du temple où se trouvait auparavant le temple juif. Jusqu'à ce jour, il domine le seul endroit sur terre où des sacrifices peuvent être offerts selon la Torah.

1076 Atsiz prend Jérusalem au calife al-Mostanther Billah.

1095 al-Afdhal ibn Bedr capture la ville pour l'Egypte après un siège de 40 jours.

1099 Les croisés prennent Jérusalem. Les chrétiens règnent en Palestine par intermittence de 1099 à 1244.

1099 Les croisés, sous Godefroy de Bouillon, prennent Jérusalem.

1187 Jérusalem prise par Salah-ed-Din le grand conquérant musulman.

1244 Saccagée par les hordes mongoles.

1247 Jérusalem prise par les Carizmiens.

1517 Les Turcs ottomans sous Saladin conquièrent la Palestine. Les murs actuels qui entourent la vieille ville de Jérusalem sont construits.

1517 Selim Ier prend la ville et l'apporte à l'Empire ottoman.

1822 Jérusalem prise par Ibrahim Pacha d'Egypte.

1897 Le premier Congrès sioniste se réunit à Bâle.

1917 Jérusalem capturée par le général Allenby de Grande-Bretagne. Il entre humblement dans la ville de Jérusalem.

1948 Guerre entre Israël nouvellement établi contre la Jordanie et l'Égypte à Jérusalem après laquelle une partie de la ville reste sous domination israélienne et une partie sous la Jordanie.

Autres événements

1897-1948 C'est la grande ère des aliyas du sionisme au cours de laquelle de nombreux Juifs retournent au pays, mais dans l'incrédulité. C'est comme prédit dans la vision d'Ézéchiel des ossements secs (Ézéchiel 37).

1917 Les Britanniques capturent la Palestine aux Turcs pendant la Première Guerre mondiale. Mort du dernier tsar en Russie et du dernier Kaiser en Allemagne. Fin d'une forme de l'ancien Empire romain (Apocalypse 17 :10).

1922-1948 Les Britanniques gouvernent la Palestine sous mandat de la Société des Nations.

29/11/47 L'Assemblée générale des Nations Unies adopte un plan de partage de la Palestine, prévoyant la création d'un État juif.

24/05/2048 Le nouvel état d'Israël est proclamé. L'immigration ouverte permet désormais à un grand nombre de Juifs de retourner dans le pays. Le deuxième exil se termine (Ézéchiel 11 :14-17).

Juin 1967 La guerre des Six Jours. Jérusalem est libérée du contrôle jordanien et pour la première fois en près de deux mille ans, les Juifs contrôlent totalement Jérusalem. Contrôle des hauteurs du Golan, de la bande de Gaza et de la Judée/Samarie (Cisjordanie) par Israël.

6-24 octobre 1973 La guerre du Yom Kippour. Les États-Unis et la Russie envoient des ponts aériens massifs à leurs alliés.

1992 Aliyah d'au moins 500 000 Juifs de Russie. 16 000 Juifs falashas transportés par avion vers Israël depuis l'Éthiopie.

Autres événements récents

Ce qui suit est une chronologie plus détaillée depuis la reconquête de la vieille ville de Jérusalem par les Juifs en 1967.

7 juin La vieille ville de Jérusalem tombe aux mains des Israéliens. Le parachutiste israélien Mordehai Gur, monté sur un half-track, prend le mont du Temple au troisième jour de la guerre des Six Jours. Le Mont du Temple est reconquis mais l'autorité est rendue aux musulmans.

Le 28 juin, le Premier ministre Levi Eshkol rencontre des dirigeants musulmans et chrétiens des deux côtés de la frontière d'avant-guerre et promet le libre accès à tous les lieux saints et l'intention du gouvernement de placer l'administration interne des lieux saints entre les mains des chefs religieux respectifs. Le même jour, les barrières tombèrent entre Jérusalem-Est et Jérusalem-Ouest.

Le 1er août, la police de Jérusalem prend en charge le maintien de l'ordre public dans les lieux saints de la vieille ville à la demande des autorités musulmanes et chrétiennes qui prétendent que les visiteurs de l'église du Saint-Sépulcre et du Mont du Temple ont un comportement inapproprié.

8 août Un comité dirigé par le ministère des Affaires religieuses Zerah Warhaftig se voit confier la responsabilité du cabinet des Lieux Saints à Jérusalem et en Cisjordanie.

Le 15 août, l'aumônier en chef des FDI, Aluf Shlomo Goren, et cinquante partisans, dont d'autres aumôniers de l'armée, célèbrent un service sur le mont du Temple. Goren soutient que certaines parties de l'enceinte ne font pas partie du Mont du Temple et donc l'interdiction faite aux Juifs de marcher sur le Mont jusqu'à ce que le Temple soit reconstruit ne s'applique pas. Il a dit que ses mesures étaient basées sur Josèphe, Maïmonide, Sa'adia Gaon et des preuves archéologiques. Il a également déclaré que le Dôme du Rocher n'est pas le site du Saint des Saints. Le ministère de la Défense critique Goren en notant qu'il est un officier supérieur de l'armée. Goren prétend qu'il a d'abord rencontré Warhaftig et que les autorités musulmanes ont consenti à ses prières.

17 août Un porte-parole des Forces de défense israéliennes révèle que la cache d'armes a été trouvée pendant les combats dans la mosquée Al Aksa.

22 août Le grand rabbinat installe des panneaux à l'extérieur de l'enceinte notant l'interdiction religieuse de visiter la région du mont du Temple.

9 septembre Des musulmans protestent contre l'abolition des frais d'entrée dans la région du mont du Temple. Le ministère de la Défense affirme que le Wakf ne peut facturer que des frais pour entrer dans les mosquées.

15 juillet Le président de la Cour d'appel musulmane rejette une demande d'un ordre du temple maçonnique américain qui demandait la permission de construire un temple "de Salomon" de 100 millions de dollars sur le mont du Temple.

Le 19 décembre, des prières de Hanoucca sont offertes par un groupe de juifs nationalistes sur le mont du Temple.

Le 15 avril, le procureur de l'État, Zvi Bar Niv, répondant à une ordonnance contre le ministre de la police Shlomo Hillel, explique que les Juifs ne devraient pas être autorisés à prier sur le mont du Temple parce que la « prière prématurée » par les Juifs sur le mont du Temple soulèverait de graves problèmes de sécurité et de politique internationale. Le demandeur est le Fidèle du Mont du Temple.

21 août Un incendie à la mosquée Al Aksa détruit l'aile sud-est. Des brigades de Jérusalem-Ouest et de Jérusalem-Est combattent ensemble l'incendie pendant quatre heures tandis qu'une foule musulmane en colère scande "Allah Akbar" et "A bas Israël". Un couvre-feu est imposé dans la vieille ville. Le président du Conseil musulman revendique un incendie criminel et accuse une réponse volontairement lente de la part des pompiers. Les États arabes accusent Israël.

23 août Un touriste australien non juif, Dennis Michael Rohan, s'identifiant comme membre de l'"Église de Dieu", est arrêté comme suspect dans l'incendie criminel. Jérusalem-Est et les principales villes de Cisjordanie déclenchent une grève générale pour exprimer leur chagrin et leur chagrin à cause de l'incendie. La police utilise la force pour disperser une manifestation à la sortie de l'enceinte. Des manifestations de colère éclatent dans les capitales arabes.

27 août Rohan dit à la cour qu'il a agi en tant qu'émissaire du Seigneur" conformément au livre de Zacharie. Le Mont du Temple est fermé aux non-musulmans pendant deux mois.

30 décembre Le tribunal condamne Rohan mais le déclare non pénalement responsable pour cause d'aliénation mentale.

9 septembre La Haute Cour de justice décide qu'elle n'a pas compétence sur les questions liées aux droits et revendications des différents groupes religieux. Par conséquent, cela n'interférera pas avec la position du gouvernement interdisant la prière juive sur la montagne.

11 mars Une altercation sur le Mont du Temple se produit lorsque des étudiants dirigés par Gershon Salomon, un chef des Fidèles du Mont du Temple, tentent d'organiser des prières sur le site.

8 août Malgré les avertissements de la police, le rabbin Louis Rabinowitz et le membre de la Knesset Binyamin Halevi prient sur le mont. Ils sont supprimés.

Octobre La guerre du Yom Kippour. Israël est attaqué par quatre nations. Israël gagne du territoire dans les hauteurs du Sinaï et du Golan. Le Mont du Temple n'est pas affecté.

30 janvier La juge Ruth Or du tribunal de première instance décide que les Juifs sont autorisés à prier sur le mont du Temple. Elle acquitte huit jeunes accusés de troubler l'ordre public en organisant des prières sur le site contre les ordres de la police. Le ministre de la Police Shlomo Hillel a déclaré qu'il continuerait à interdire les prières.

Le 1er février, Yitzhak Raphael, ministre des Affaires religieuses, déclare que prier sur le mont du Temple est une question de droit religieux et ne relève pas de sa juridiction.

Le 9 février, les lycées de Jérusalem-Est protestent contre la décision du tribunal. Les manifestations se poursuivent près de deux semaines avec plus de 100 arrestations. Les commerçants font grève et des émeutes se produisent dans les villes de Cisjordanie. Les services de sécurité imposent une interdiction de voyager entre les villes.

11 février La décision du tribunal de première instance du 30 janvier est portée en appel.

4 mars Kurt Waldheim, ex-nazi et secrétaire général de l'ONU, s'engage à répondre aux plaintes islamiques concernant l'ingérence d'Israël dans les lieux saints et les fidèles musulmans à Jérusalem.

8 mars Un groupe de jeunes nombreux non religieux dirigé par Rabinowitz et Salomon est interdit d'accès au mont du Temple par la police. La police dit agir conformément à la décision de la Haute Cour du 9 septembre 1970.

11 mars Les conseils de Ramallah Birzeit et El Bireh se joignent à Naplouse pour démissionner pour protester contre l'action de la police contre les manifestations arabes protestant contre la décision de la juge Ruth Or sur le mont du Temple.

17 mars La décision du magistrat Or est annulée par le tribunal de district de Jérusalem. Le tribunal juge que huit jeunes Betar qui ont tenté de prier "de manière démonstrative" sur le mont du Temple se sont rendus coupables d'un comportement "susceptible de porter atteinte à l'ordre public". mais que ces droits ne pouvaient être exercés que lorsque les autorités avaient adopté des règlements fixant le temps et le lieu de ces prières. De telles réglementations étaient nécessaires, a déclaré le tribunal, afin de maintenir l'ordre public. Le tribunal note que le ministère des Affaires religieuses avait de « bonnes raisons » de ne pas encore fixer les règles.

10 août Le procureur général fait appel devant la Cour suprême de sa décision sur le mont du Temple. Le ministre des Affaires religieuses, Yitzhak Raphael, ne se prononcera pas sur la compétence du tribunal de district tant qu'il n'y aura pas de décision de la Cour suprême.

June 28 Interior Minister Joseph Burg, given the police is a part of his purview, notes that those trying to pray on the Mount are "not exactly from the God-fearing sector." He states "the law will be kept. That is taken to mean that the Jews would continue to be barred from attempting to pray on the Temple Mount on the coming Tisha B'Av.

August 14 (Tisha B'Av) An attempt by 30 members of the El Har Hashem (To the Mount of God) to pray on the Temple Mount is foiled by the General Security Services. At a press conference, the group led by Gershon Salomon, emphasizes the ties of the Jewish people to the site and claims it is "absurd" that Jews were forbidden from entering the compound.

March 25 Rumors that followers of Meir Kahane and Yeshiva students would attempt Temple Mount prayers cause a general West Bank strike and bring 2,000 Arab youths with staves and rocks to the compound. They disperse after police intervention.

August 3 Land of Israel movement "Banai" and other nationalists, are prevented from praying on the Temple Mount.

August 6 The High Court is asked to revoke ban on prayer on the Temple Mount, in light of clause three of the new Jerusalem Law, which guarantees freedom of access.

August 10 300 members of Gush Emunim try to force their way onto the Temple Mount and are dispersed by police.

August 28 Religious Affairs Ministry workers are found digging a tunnel under the Temple Mount. The work began secretly a month earlier when water began leaking from a cistern under the Temple Mount and had to be drained. Chief Rabbi Shlomo Goren closes the dig because of the issue's sensitivity.

August 30 Former Deputy Prime Minister Yigael Yadin protests quasi-archaeological activities of Religious Affairs Ministry north of the Western Wall.

Sept 2 Jews and Arabs clash with stones and fists in a tunnel north of the Western Wall. The Arabs had attempted to seal the cistern. A group of Yeshiva students under orders from Rabbi Getz, rabbi of the Western Wall, knocked down the wall. The two groups were separated by police after a scuffle. Police inspector-General Arye Ivtzan says the cistern will be sealed to restore the previous situation until there is a legal ruling. Ivtzan is praised by Mayor Teddy Kollek, and condemned by Goren, who says the cistern was part of the Second Temple and had nothing to do with Islam. The next day the cistern is sealed. Goren is quoted as saying the cistern was a tunnel that could lead to temple treasures "including the lost ark."

Sept. 4 A strike by the Supreme Moslem Council closes shops and schools in East Jerusalem to "protest against excavation under the Temple Mount."

Sept. 10 The Waqf seals the cistern from the other side to prevent Jewish penetration. Meanwhile archaeologist Dan Bahat discounts theories the cistern was connected with the Temple.

Sept. 15 Attempt by the Temple Mount Faithful to pray in compound thwarted by Moslem opposition. The High Court decides that the right of the Jew to pray on the Mount is a political issue upon which the government must decide. The Jerusalem Law doesn't cover the issue, rules the court.

April 11 Israeli soldier Alan Harry Goodman, a U.S. immigrant goes on a shooting rampage on the Temple Mount. He kills one and wounds three. The incident sets off a week of rioting in Jerusalem, the West Bank, and Gaza and angry reaction internationally against Israel. At his trial Goodman told the court that by "liberating the spot holy to the Jews," he expected to become King of the Jews. A year after the incident Goodman is convicted and sentenced to life plus two terms of 20 years.

Various factions join together July 25 Yoel Lerner, member of Meir Kahane's Kach Party, is arrested for planning to sabotage one of the mosques on the Temple Mount.

Oct. 26 Lerner convicted of planning to blow up the Dome of the Rock. Previously he had served a three year sentence for heading a group that plotted to overthrow the government and establish a state based upon religious law. He was sentenced to two and one half years in prison.

Dec. 9 Knesset Member Geula Cohen charges that the Arabs have arm caches on the Mount.

March 10 Police arrest more than forty people suspected of planning to penetrate the Temple Mount. Police had found four armed youths trying to break into the underground passage known as Solomon's Stables. Working on the basis of intelligence reports, the police surround the home of Rabbi Yisrael Ariel, former head of the Yamit Yeshiva. There, the others are arrested and a search of his apartment and others reveals several weapons and diagrams of the Temple Mount.

May 11 High Court allows Faithful of the Temple Mount to hold prayers at the Mograbi Gate on Jerusalem Day, after police had earlier denied them a license. A similar decision is handed down for Tiasha B'Av.

May 22 SRI's seven man was thwarted from performing the first scientific study of the Rabbinical Tunnel. Muslims called the Israeli police to stop scientific expedition.

Sept. 17 On Yom Kippur the police try to prevent former chief Rabbi Shlomo Goren from holding prayers in a room beneath the Temple Mount. Goren claimed he had the consent of IDF chief of staff Rav-Aluf Moshe Levy. Levy showed up for the prayers. Police then allowed the prayer to take place.

Sept 21 The Temple Mount 29 are acquitted of all charges against them. The police are reprimanded by District Court Judge Ya'acov Bazak and describes the 29 as "amateurish" But he does not rule on the legality of prayer on the Mount.

Oct. On Jerusalem Day, Temple Mount Faithful unfurls banner on Temple Mount. A riot breaks out leaving over twenty Palestinians dead. United Nations censures Israel for this act but says nothing as to those who started the riot. Press erroneously report that group was about to lay a foundation stone on the Temple Mount.

FUTURE EVENTS

The rapture of The church. The dead in Christ are raised and the generation of living believers is translated. The judgment seat of Christ is set and rewards are given to believers for faithful service (1 Thessalonians 4:13-17 1 Corinthians 15:51-54 2 Corinthians 5:10-11).

Daniel's seventieth week begins as Israel enters the tribulation period (Daniel 9:27). This time period is seven years in duration. Israel's "time of Jacob's trouble" (Matthew 24:9-14). This is the first three and one-half years of the seven-year period comprising Daniel's seventieth week (Revelation 6:1-9:12).

World chaos occurs as a result of the rapture of the church which makes possible the rise of a new world leader, the Antichrist (2 Thess. 2, Revelation 6:1-16). The ancient Roman empire revives as the political Antichrist arises out of the midst of the ten-nation confederation. This is the feet-part-of-iron-and-part-of clay period of the times of the gentiles (Daniel 2:33, 41-42 7:24).

Apparent world peace for 3.5 years. Many come to Christ world-wide spiritual awakening during the last part of the tribulation period, the latter rain of the Spirit, (James 5:7-8 Joel 2:23 Zechariah 10:1 Hosea 6:3). During this time the 144,000 Jewish missionaries are saved and sealed (Revelation 7:1-8) they preach the gospel during the entire tribulation period (Matthew 24 14). Many others, both Jews and gentiles, are saved and make up the saints of God who are martyred by the Antichrist (Daniel 7:21, 25 Revelation 7:9-17).

A covenant is made between the Antichrist and Israel. The temple is rebuilt and the Levitical system of priesthood and offerings begins again (Daniel 9:27). The apostate Christian church flourishes during the first half of the tribulation period (Revelation l7:1-7).

Israel feels secure under the protection of the Antichrist's covenant until she is invaded at Midtribulation by Syrian and Russian armies. The Antichrist comes to Israel's defense. Russia is defeated and the Antichrist becomes a world ruler (Ezekiel 38-39).

At Midtribulation the Antichrist breaks the covenant made with Israel and the great tribulation period begins. (Daniel 9:27 Matthew 24:15-28 Revelation 11:1-18:24).

Antichrist is now manifest as the First Beast of Revelation 13. His image is set up in the third temple in Jerusalem and he demands worship as god (Matthew 24:15 2 Thessalonians 2:4 Revelation 13:1-10).

The second beast, the false prophet in Israel appears to aid the beast and cause the earth-dwellers to worship him as god (Revelation 13:11-18).

Two godly witnesses (probably Moses and Elijah, but perhaps Enoch and Elijah) appear on the temple mount and prophesy during the great tribulation period, until they are killed at the close of the period, after which they are resurrected and raptured. (Revelation 11:1-12).

Israel, faithful to her orthodox faith, is severely persecuted by the Antichrist during the great tribulation period (Jeremiah 30:57 Daniel 12:1 Zechariah 13:8 Matthew 24:21-22). Many in Israel flee and are protected by the nations (Matthew 24:15-20 Revelation 12:6,13-17).

The fall of commercial Babylon toward the close of the great tribulation (Revelation 18:1-24). The apostate church is destroyed (Revelation 17:1-6).

The kings of the Orient invade Israel and hostilities erupt between them and the forces of the Antichrist. The battle of Armageddon and the doom of the Antichrist (Daniel 11:44-45 Revelation 16:12-16 2 Thessalonians 2:8 Revelation 19:19). One third of the Jewish people recognize Jesus as Messiah and are rescued, Zechariah 12-14, and two thirds will be cut off.

The second coming of Christ ends the times of the gentiles (Daniel 2:44 7:9-13, 22-28 Revelation 19:11-16). Jesus returns to the Mount of Olives bringing the faithful remnant of Jews from Edom, Isaiah 63, and the church, Revelation 19:11ff, Zechariah 14.

Antichrist and the false prophet are cast into the lake of fire. (Revelation 19:20-20:10).

The gentile nations are judged on the basis of their treatment of God's covenant people Israel, during the times of the gentiles (Matthew 25:31-46).

Jesus rules the nations, "with a rod of iron" for 1000 years. Satan and his evil angels are bound and removed to the abyss, Revelation 20.

Jesus said, "Take heed that you are not led astray for many will come in my name, saying, `I am he!' and, `The time is at hand!' Do not go after them. And when you hear of wars and tumults, do not be terrified for this must first take place, but the end will not be at once." Then he said to them, "Nation will rise against nation, and kingdom against kingdom there will be great earthquakes, and in various places famines and pestilences and there will be terrors and great signs from heaven. But before all this they will lay their hands on you and persecute you, delivering you up to the synagogues and prisons, and you will be brought before kings and governors for my name's sake. This will be a time for you to bear testimony. Settle it therefore in your minds, not to meditate beforehand how to answer for I will give you a mouth and wisdom, which none of your adversaries will be able to withstand or contradict. You will be delivered up even by parents and brothers and kinsmen and friends, and some of you they will put to death you will be hated by all for my name's sake. But not a hair of your head will perish. By your endurance you will gain your lives.

But when you see Jerusalem surrounded by armies, then know that its desolation has come near. Then let those who are in Judea flee to the mountains, and let those who are inside the city depart, and let not those who are out in the country enter it for these are days of vengeance, to fulfill all that is written. Alas for those who are with child and for those who give suck in those days! For great distress shall be upon the earth and wrath upon this people they will fall by the edge of the sword, and be led captive among all nations and Jerusalem will be trodden down by the Gentiles, until the times of the Gentiles are fulfilled. "And there will be signs in sun and moon and stars, and upon the earth distress of nations in perplexity at the roaring of the sea and the waves, men fainting with fear and with foreboding of what is coming on the world for the powers of the heavens will be shaken. And then they will see the Son of man coming in a cloud with power and great glory. Now when these things begin to take place, look up and raise your heads, because your redemption is drawing near. (Luke 21:6-28)


Third Servile War

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Third Servile War, aussi appelé Gladiator War et Spartacus Revolt, (73–71 bce ) slave rebellion against Rome led by the gladiator Spartacus.

Spartacus was a Thracian who had served in the Roman army but seems to have deserted. He was captured and subsequently sold as a slave. Destined for the arena, in 73 bce he, with a band of his fellow gladiators, broke out of a training school at Capua and took refuge on Mt. Vesuvius. Here he maintained himself as a captain of brigands, and he recruited as his lieutenants two Celts named Crixus and Oenomaus, who like himself had been gladiators. Other escaped slaves soon joined the band, and the Romans moved to eliminate the growing threat.

A hastily collected force of 3,000 men under either Claudius Pulcher or Claudius Glaber (sources vary) endeavoured to starve out the rebels. In an audacious move, Spartacus’s forces clambered down the precipices and put the Romans to flight. Groups of hardy and desperate men now joined the rebels, and when the praetor Publius Varinius took the field against them he found them entrenched like a regular army on the plain. Before the Romans could act, the rebels slipped away, and when Varinius advanced to storm their lines he found them deserted. From Campania the rebels marched into Lucania, a region that had opposed Rome in several significant conflicts, most recently the Social War (90–88 bce ). The country there was also better suited for the kind of guerrilla warfare tactics that favoured Spartacus and his band. Varinius followed, but was defeated in several engagements and narrowly escaped being taken prisoner. The insurgents reoccupied Campania, and with the defeat of Gaius Thoranius, the quaestor of Varinius, they obtained possession of nearly the whole of southern Italy. The cities of Nola and Nuceria in Campania were sacked, as were Thurii and Metapontum in Lucania. The Senate at last despatched both consuls against the rebels (72 bce ). The historian Appian suggests that at this point, Spartacus’s army numbered some 70,000 men.

A force of escaped German slaves under Crixus was soundly beaten at Mt. Garganus in Apulia by the praetor Quintus Arrius, but this defeat did little to check the revolt. According to Plutarch, Spartacus, with the main body of his army, defeated the consul Lentulus and then pressed towards the Alps. A force of some 10,000 men under Gaius Cassius, governor of Cisalpine Gaul, and the praetor Gnaeus Manlius was defeated at Mutina. Freedom was within sight, and Plutarch characterized Spartacus as holding realistic views about his army’s chances of defeating a fully mobilized Rome. Rather than crossing the Alps and returning home, however, Spartacus marched towards Rome itself. Instead of attacking the capital, he passed on again into Lucania.

The conduct of the war was now entrusted to the praetor Marcus Licinius Crassus. Upon taking command, Crassus is said to have carried out a decimation of the consular armies that had taken the field against Spartacus in an attempt to restore order one in ten of the men were selected by lot and killed. Spartacus defeated two legions under Crassus’s legate Mummius and withdrew towards the strait of Messina. There he intended to cross to Sicily, where the first two Servile Wars ( 135–132 bce and 104–99 bce ) had been fought. Spartacus hoped to reignite these rebellions and to bolster his forces by recruiting freed slaves to his cause. The pirates who had agreed to transport his army proved untrustworthy, however, and Spartacus quickly found himself trapped in Bruttium (modern Calabria). While Spartacus was attempting to carry his rebellion to Sicily, Crassus endeavoured to end the war by effectively besieging the entire “toe” of Italy. In short order, he erected an impressive ditch and rampart fortification system that stretched some 40 miles (60 km) across the neck of the peninsula, Denied both the ability to maneuver his army and ready access to fresh supplies, Spartacus saw that his situation was desperate. Under the cover of darkness and in the middle of a snowstorm, Spartacus’s army bridged the 15-foot- (5-metre-) wide ditch, scaled the wall, and forced the Roman lines. Once more southern Italy lay open to Spartacus, but disunion had gripped the rebel army. A force of Gauls and Germans, who had withdrawn from the main body and encamped some distance away, were attacked and destroyed by Crassus.

Crassus was now compelled to bring the war to a close on his terms and on an accelerated timeline. He had prevailed upon the Senate to reinforce his campaign by recalling Lucius Licinius Lucullus from Thrace and Pompey from Spain, but quickly realized the danger of such a move. Pompey was already a formidable force in the capital, and he had just completed the Roman reconquest of Spain by crushing a rebellion under Quintus Sertorius. By affording Pompey the opportunity to return to Italy with an army at his back, all the glory for defeating Spartacus would almost certainly accrue to him and not to Crassus. In Appian’s account, Spartacus acknowledged this rivalry in the Roman command and attempted to make a separate peace with Crassus, but his terms were rejected.

Spartacus took up a strong position in the mountainous country of Petelia (near Strongoli in modern Calabria) and inflicted a severe defeat on the vanguard of the pursuing Romans. His men, their confidence bolstered by this small victory, refused to retreat farther. Anticipating the decisive battle to come, Spartacus is said to have slain his horse, stating that if his army carried the day, he would have his choice from among the fine horses of the Romans, and if he lost, he would no longer have need of a mount. In the pitched battle which followed, the rebel army was annihilated and Spartacus was killed in combat. A small body of rebels escaped from the field, but they were met and cut to pieces at the foot of the Alps by Pompey. The remnants of the rebel army were captured, and thousands were crucified along the Appian Way as a warning to those who would rise against Rome. As Crassus had feared, Pompey claimed the credit of finishing the war, and received the honour of a triumph, while only a simple ovation was decreed to Crassus. Both men were jointly elected consuls in recognition of their victory.

Spartacus was a capable and energetic leader, and he did his best to check the excesses of the men he commanded. He is also said to have treated his prisoners with humanity. His character was often misrepresented by contemporary Roman writers, who invoked his name as a source of terror through the age of the Empire.

Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Michael Ray, rédacteur en chef.


BIBLE HISTORY AFTERMATH of the Battle of Rephidim

COLORS

Banners were used in ancient military tactics for communication. We do not have an indication of banners being used in this battle. Indeed it was Moses’ arms that served as a banner for the battle reflecting God’s power over the outcome. Moses served as a banner for the fighting men but he was but a reflection of God, the true banner.

The spirit of God lifts up the war banner in our spirit man for us to have strategic advantage in the fight.

Isaiah 59:19 AMP: [19] So as the result of the Messiah’s intervention they shall reverently fear the name of the Lord from the west, and His glory from the rising of the sun. When the enemy shall come in like a flood, the Spirit of the Lord will lift up a standard against him and put him to flight for He will come like a rushing stream which the breath of the Lord drives.

The best the Devil is is slow. Our power is fast moving, stronger and better than the enemy. If we speak right then he doesn’t even show up. All translations have a weak adjective to describe the enemy’s rising waters and a strong adjective to describe the spirit of God.

This attack was particularly harsh because the Amalekites had no compassion for a helpless people that was not even an enemy. They had no fear of God and an attitude of utter disdain for God’s heart of charity and compassion will not be forgotten and God thereafter instructs his people to never have anything to do with the Amalekites and to shun them forever.

The Amalekites, that day, lost a lot more than a battle. They were perpetually cut off from the creator of a heaven and Earth and disallowed the benefit and protection of being under Him.

POINT A CROSS

(1) Moses had struck the rock and water came out. Jesus was struck by the lance after his death and water also came out. Spiritually, living water comes out of Jesus out so that the world is saved by it.

(2) Moses arms were held up on a hill just like Jesus was held up on the hill of Golgotha.

Rephidim was the first time water came from a rock to supply the people. There would be a second time, later, where things did not take place as God willed it and with serious consequences.

PRAISE & WORSHIP

Father: you laid your affliction upon your Son, the Rock, so that we might have acces to the water of Life. For this I thank you. 1


Roman Conquests Reach Overseas

The Roman victory at The Battle of Mylae, 260 B.C. during the First Punic War. From Hutchinson&aposs History of the Nations, published 1915.

Archives de l'histoire universelle/Universal Images Group/Getty Images

This strategy of absorption changed as Rome conquered its first overseas territories. During the Punic Wars with Carthage between 264 B.C. to 146 B.C., Rome spread over multiple Mediterranean islands and onto the east coast of modern-day Spain. Yet instead of extending its republic into these territories or forming alliances, Rome designated these new territories as provinces and appointed Roman governors to oversee them.

Taking this new territory wasn’t something Rome had initially intended to do. “The First Punic War is something that they kind of stumble into, but they’re happy to take territory as a result of it,” Watts says.

After Rome pushed Carthage out of Sicily in the first war, the Italian island became Rome’s first foreign province. During the Second Punic War, Rome found itself on the defense as the Carthagian general Hannibal and his elephants marched over the Alps and south into Italy. Again, Rome defeated Carthage and conquered some of its territory, this time in Spain.

Yet by the time it entered the Third Punic War, “Rome has definitely decided that it is just going to take territory,” he says. 𠇊nd that’s very different from what they were doing even in the third century.”


An Ancient Mystery

There is no way to determine for certain why Hazael’s forces chose tribute over territorial conquest after reaching Jerusalem. It’s possible that the resistance they’d met at Gath had been potent and effective enough to deplete their manpower and sap them of their fighting strength. Perhaps they decided the best course of action under the circumstances was to accept a generous bribe and depart, rather than take the risk of losing even more men and resources in another fierce battle.

If that is the case, it means the Israelite kingdom of the ninth century BC may have owed their survival to the Philistines, a people they’d been in conflict frequently over the years (as the Philistines’ vilification in the Bible shows).

The land once occupied by Gath is now a part of Israeli territory. This makes Israel responsible for exploring and preserving the legacy of this lost but not forgotten city, whose people may have inadvertently saved their ancestors from destruction a long, long time ago.

Top image: The bone arrowhead may be evidence of a desperate defence of Gath. La source: Oksana Volina / Adobe Stock.


Voir la vidéo: LA BATAILLE DE PERRYVILLE (Novembre 2021).