L'histoire

Identification de cet uniforme, éventuellement allemand ou polonais


Cette photo était dans l'album de ma grand-tante. Elle l'a seulement identifié comme "il venait d'Allemagne", mais la photo a été prise à Bunzlau, que je pense être en Pologne. Je suppose que cela date du début des années 1800.

(Cliquez pour agrandir))

Le photographe Otto Scholz a vécu de 1844 à 1908.


Bunzlau est maintenant en Pologne et appelé Bolesławiec. A l'époque c'était en Silésie, donc en Prusse et donc en Allemagne.

Le photographe est donné comme "Otto Scholz", un nom allemand et non polonais, tout comme l'adresse donnée n'est décidément pas polonaise.

Son atelier est donné comme :

Fotografische Anstalt, vormals Ed. Scholz & Söhne à Bunzlau et Görlitz

Cela signifie que la franchise était présente dans deux endroits en Silésie, tous deux avec une très petite minorité polonaise à l'époque, la plupart des habitants étant allemands.

Pour la période présumée ou probable de cette photo, nous devons admettre qu'il y avait beaucoup de Polonais dans les environs, en général, mais pas autant à Bunzlau. Et qu'il y avait tout simplement non État polonais, et donc pas d'« uniformes polonais » possibles.

Bien que les individus puissent très bien être d'ascendance, d'origine ethnique ou de langue polonaise, bien que peu probable, étant donné l'emplacement et les vêtements, juste photographiés ici par un photographe définitivement allemand, au moins l'homme était très probablement au service de l'État allemand officiel.

Ces informations sur le photographe, le lieu et la date étaient souvent imprimées au dos de ses photos :

Le style de barbe de ce monsieur rappelle le style de barbe porté par le premier empereur allemand Wilhem I. Qui était dans (ce) bureau de 1871 à 1888. De nombreux hommes avaient tendance à imiter le style de barbe de l'empereur actuel, tout comme plus tard avec Guillaume II :

La "barbe Kaiser-Wilhelm" annoncée par le coiffeur de cour de l'Empereur François Haby comme "La barbe c'est fait" soulignait le message très masculin de ses uniformes.

Guillaume Ier :

De plus, le vêtement qu'il porte est une tunique croisée appelée litewka ('la lituanienne'). C'est « la robe du roi », en termes de bleu vraisemblablement foncé (prussien/royal). Mais il ne montre que des décorations d'épaules très minces et pratiquement aucune récompense militaire. Bien que les boutons puissent afficher d'autres petits indices, il semble probable que ce soit ne pas un uniforme directement militaire, aussi surprenant que cela puisse être pour un Prussien, mais civil. Que ce soit un conducteur de train, un policier ou un facteur. Bien que probablement pas des rangs les plus bas.

Pour une comparaison de ce style, un vieux Bismarck avec une gamme atténuée de décorations militaires en tunique prussienne à double boutonnage :

Notez que même les uniformes civils de ce type avaient tendance à augmenter la largeur des décorations d'épaule - dans cette image essentiellement juste un accord avec un bouton - aux épaulettes. Voici un exemple pour les pompiers de 1890 :


Angehöriger der Mannschaften - Chargierter (Führerstellung) Freiwillige Feuerwehr der Provinz Brandenburg um 1890, in vorgeschriebener "Normalausrüstung"

L'état-major prussien dans la guerre franco-prussienne de 1870-71 :

Reconstitution moderne mais uniformes de police authentiques, montrant la gamme de couleurs :

Et une variante portée par le personnel des chemins de fer prussiens avant 1918 :

> Litewka eines Mitarbeiters der Königlich-Preußischen Staatsbahnen, vor 1918. [… ] (DHM Civilian Clothes, Picture 20 of 38; Inv.Nr. U 75/76a)

Alors qu'il est dit dans la question que le photographe Otto Scholz a vécu de 1844 à 1908, son entrée de lexique le donne aussi actif à Bunzlau qu'en 1872-1908 (à l'heure actuelle, l'adresse polonaise de Promenada Zamkowa 6
Le photographe lui-même dans sa jeunesse :

Apparemment, le frère d'Otto, Robert, l'autre fils d'Eduard, et représentant la branche de Görlitz est même appelé « une légende du photographe »… Une partie de l'œuvre d'Otto est en ligne ici.][12] Signification : il semble que les originaux de ce studio soient restés largement en place dans cette ville et sont désormais accessibles à un utilisateur sur Faceboock. Si quelqu'un également sur Faceboock souhaite contacter l'utilisateur 'Bolesławiec stare fotografie', on pourrait même obtenir le nom exact des personnes photographiées ?

Cela rend ces conclusions les plus probables : fin du XIXe siècle (de 1872-1890, avec une tendance vers le début ou le milieu de cette période) Allemand prussien, fonctionnaire.

(Bien que ce scan soit déjà assez bon : pour plus de détails, je demanderai un scan du verso, plus d'informations sur la provenance : des indices sur qui cela pourrait être, d'autres photos trouvées avec etc ; un scan plus détaillé de la femme, son livre, ses bijoux, les vêtements. Idem pour l'homme : un gros plan de l'épaule, du col, des boutons, des poignets… )

List of site sources >>>